(Montréal) Transcontinental a affiché jeudi un profit en baisse de 82,4 % pour son troisième trimestre, ce qu’il a attribué à une charge d’impôts découlant de l’application rétroactive d’une directive de la réforme fiscale américaine, tandis que ses revenus trimestriels ont reculé de 3,8 %.

La Presse canadienne

Le bénéfice net de l’éditeur et spécialiste des produits d’emballage s’est chiffré à 3,4 millions, soit 4 cents par action, pour le trimestre clos le 28 juillet. En comparaison, son profit avait été de 19,3 millions, ou 22 cents par action, à la même période l’an dernier.

En excluant les éléments non récurrents, notamment la charge de 30,2 millions liée aux impôts américains, le bénéfice ajusté de Transcontinental est resté plutôt stable à 52,2 millions, soit 60 cents par action, au plus récent trimestre, en regard de celui de 52,1 millions, ou 59 cents par action, d’il y a un an.

La rentabilité de la division de l’emballage a été soutenue par les économies de coûts qui ont suivi l’acquisition de Coveris Americas, l’an dernier, pour 1,32 milliard US, a précisé Transcontinental.

Les revenus de la société établie à Montréal ont reculé à 728,9 millions au troisième trimestre, alors qu’ils avaient été de 757,9 millions un an plus tôt. Selon Transcontinental, cette diminution était essentiellement liée à une décroissance des revenus du secteur de l’impression, et, dans une moindre mesure, à une décroissance de ceux du secteur de l’emballage.

Les analystes s’attendaient en moyenne à un profit ajusté de 56 cents par action et à un chiffre d’affaires de 742,2 millions, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

Les investisseurs ont bien accueilli les résultats et l’action de Transcontinental a progressé jeudi de 58 cents, soit 4 %, à la Bourse de Toronto, où elle a clôturé à 14,98 $.