(Montréal) La Banque Nationale a dépassé les attentes au troisième trimestre en affichant une hausse de 7 % de son profit net, qui ont été stimulés par une croissance dans tous les segments de l’institution financière.

Julien Arsenault
La Presse canadienne

Pour le trimestre terminé le 31 juillet, la sixième banque en importante au pays a dévoilé mercredi un bénéfice net de 608 millions, ou 1,66 $ par action, par rapport à 569 millions, ou 1,52 $ par action, il y a un an.

Abstraction faite des éléments non récurrents, le bénéfice ajusté de la Nationale s’est établi à 606 millions, ou 1,66 $ par action, en progression de 6,5 % sur un an. Les analystes tablaient sur un profit ajusté par action de 1,59 $, selon la firme Refinitiv.

Le président et chef de la direction de la banque, Louis Vachon, s’est félicité de voir tous les secteurs contribuer à la performance trimestrielle.

« Dans un contexte d’incertitudes économiques et géopolitiques, la Banque maintiendra son approche disciplinée en matière de gestion des coûts, du crédit et du capital », a-t-il souligné.

Par secteur, les services aux particuliers et entreprises ont généré un bénéfice de 277 millions, en hausse de 10,8 % par rapport au troisième trimestre l’an dernier, notamment grâce à la croissance des prêts hypothécaires et commerciaux.

La Nationale a notamment profité de la vigueur de l’économie du Québec, son principal marché.

Selon les plus récentes données de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), le produit intérieur brut réel — ajusté à l’inflation — a affiché une croissance de 2,8 % d’avril à mai, ce qui est deux fois plus élevé que la moyenne canadienne.

En mai, la hausse du PIB a été de 0,5 %, ce qui constitue la huitième progression mensuelle consécutive et la plus longue séquence depuis 1997, lorsque l’ISQ a commencé à suivre cette statistique.

« La (Nationale) a dépassé les attentes avec la marge la plus élevée lors de cette saison des résultats », a souligné l’analyste Robert Sedran, de CIBC Marchés mondiaux, dans une note envoyée par courriel.

Du côté de la gestion de patrimoine, les bénéfices ont grimpé de 6 millions, à 126 millions, tandis que le résultat a été de 182 millions du côté des marchés financiers, en hausse de 2 %.

Le secteur du financement spécialisé aux États-Unis et la division internationale ont engrangé des bénéfices de 69 millions, en progression de 28 % par rapport au troisième trimestre de l’an dernier.

À la Bourse de Toronto, l’action de la Nationale prenait 15 cents, ou 0,25 %, mercredi avant-midi, pour se négocier à 60,60 $.