Fiera Capital vient de révéler avoir doublé sa participation dans Alithya, ce qui hisse ce gestionnaire d’actifs montréalais parmi les 10 plus gros actionnaires de l’entreprise de Québec spécialisée dans la transformation numérique des organisations.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Fiera indique avoir commencé le mois de juillet avec plus de 1,4 million d’actions d’Alithya, c’est-à-dire deux fois plus que trois mois plus tôt. La position détenue équivaut à une participation d’environ 3 %.

Cette divulgation est exposée dans un document présenté aux autorités boursières américaines. L’action d’Alithya se négocie au NASDAQ et à la Bourse de Toronto.

Il n’a pas été possible de connaître les raisons ayant incité les gestionnaires de portefeuille de Fiera Capital à bonifier ainsi leur investissement. « Notre politique corporative nous empêche de commenter sur des titres en particulier », a fait savoir Mariem Elsayed, directrice des relations avec les investisseurs et des affaires publiques chez Fiera Capital.

Alithya a fait son entrée en Bourse l’automne dernier après avoir acheté l’entreprise américaine Edgewater Technology. En raison de ses activités et de son modèle d’affaires qui se base notamment sur la croissance par acquisitions, Alithya est perçue comme un « petit » CGI.

L’action d’Alithya est en hausse de 15 % depuis le début de l’année. Elle demeure cependant en repli de plus de 50 % depuis son sommet du mois de novembre, quelques jours après son entrée en Bourse. Les six analystes qui suivent officiellement les activités quotidiennes de l’entreprise recommandent tous l’achat du titre.

Alithya a présenté mercredi une performance financière de début d’exercice légèrement inférieure aux attentes des analystes. « Même si la volatilité est anticipée à court terme, le modèle d’affaires est solide », commente Maher Yaghi.

Son collègue Amr Ezzat, de la firme Echelon Partners, abonde dans le même sens. « L’évaluation boursière actuelle ne reflète pas le profil de croissance de l’entreprise, qui est par ailleurs parmi les plus intéressants qui soient. »

Comment les grands jouent leurs cartes

Les grands investisseurs institutionnels québécois ont multiplié les transactions au deuxième trimestre de façon à se positionner pour l’été. Voici quelques gestes importants.

PHOTO DARREN CALABRESE, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

L’acquisition de 5 millions d’actions a propulsé d’un coup la Caisse au 12e rang des plus gros actionnaires de Rogers Communications.

Caisse de dépôt

Chef des marchés liquides : Macky Tall

Siège social : Montréal

Fait saillant : début d’une participation dans Rogers Communications

Autres gestes importants au deuxième trimestre de 2019

Vente de 2,5 millions d’actions d’Enbridge

Vente de 1 million d’actions de la TD

Vente de 1 million d’actions de la Scotia

La Caisse a acheté pour plus de 300 millions de dollars d’actions de Rogers Communications au deuxième trimestre. L’acquisition de 5 millions d’actions a propulsé d’un coup la Caisse au 12e rang des plus gros actionnaires de l’entreprise ontarienne de télécoms. Les documents déposés ce mois-ci auprès de la Securities & Exchange Commission montrent aussi que la Caisse a de nouveau abaissé sa mise dans Enbridge. Après avoir diminué de 30 % sa participation dans l’entreprise de Calgary du secteur de l’énergie au premier trimestre, la Caisse l’a réduit de 7 % additionnel au deuxième trimestre. Le plus gros investisseur institutionnel du Québec révèle aussi avoir diminué de 5 % ses participations dans la TD et la Scotia. Après avoir charcuté de 70 % sa position dans Alibaba en début d’année, ce placement a été bonifié de plus de 200 % au trimestre printanier.

PHOTO PATRICK T. FALLON, ARCHIVES BLOOMBERG

L’Office d’investissement des régimes de pensions du secteur public (PSP) a bonifié sa participation dans JC Penney de 140 %.

Investissements PSP

Chef des placements : Eduard van Gelderen

Siège social : Ottawa (bureau principal à Montréal)

Fait saillant : hausse importante de la participation dans Microsoft

Autres gestes importants au deuxième trimestre de 2019

Vente de 489 000 actions de Fitbit

Vente de 949 000 actions de Flextronics

Ajout de 412 000 actions de General Electric

L’Office d’investissement des régimes de pensions du secteur public (PSP) – l’un des grands gestionnaires de fonds pour des caisses de retraite au pays – a majoré de 30 % sa participation dans Microsoft en ajoutant près d’un demi-million d’actions en portefeuille. PSP s’est par ailleurs montré particulièrement actif dans le secteur du commerce de détail. La position dans le détaillant américain Macy’s a été charcutée de 90 % au deuxième trimestre. Celle dans JC Penney a de son côté été bonifiée de 140 %.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Le gestionnaire d’actifs montréalais n’aura détenu ses actions de Chesapeake Energy que pendant à peine un trimestre. Les 7,6 millions d’actions de cette entreprise de l’Oklahoma achetées au premier trimestre ont été liquidées durant le deuxième trimestre.

Fiera Capital

Chef des placements : Nicolas Papageorgiou

Siège social : Montréal

Fait saillant : bonification de la participation dans Alithya

Autres gestes importants au deuxième trimestre de 2019

Achat de 5,6 millions d’actions de Zynga

Vente de 7,6 millions d’actions de Chesapeake Energy

Achat de 1,6 million d’actions d’Ambev

Le gestionnaire d’actifs montréalais n’aura détenu ses actions de Chesapeake Energy que pendant à peine un trimestre. Les 7,6 millions d’actions de cette entreprise de l’Oklahoma achetées au premier trimestre ont été liquidées durant le deuxième trimestre. Fiera a aussi liquidé durant le trimestre printanier les 100 000 actions détenues dans le producteur de pot ontarien Cronos. Fiera a par ailleurs bonifié de 25 % sa participation dans le spécialiste des ventes aux enchères Ritchie Bros. en ajoutant près de 600 000 actions.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Pour le deuxième trimestre de suite, la firme qui porte le nom de Stephen Jarislowsky et qui est aujourd’hui une filiale de la Banque Scotia a vendu 1 million d’actions de Manuvie.

Jarislowsky Fraser

Cochefs, actions : Charles Nadim et Kelly Patrick

Siège social : Montréal

Fait saillant : bonification de la position dans Brookfield Asset Management

Autres gestes importants au deuxième trimestre de 2019

Réduction de 1 million d’actions de Manuvie

Réduction de 1,4 million d’actions de Walgreens Boots Alliance

Achat de 1,2 million d’actions de Bank of the Ozarks

Pour le deuxième trimestre de suite, la firme qui porte le nom de Stephen Jarislowsky et qui est aujourd’hui une filiale de la Banque Scotia a vendu 1 million d’actions de Manuvie. La firme a par ailleurs entrepris des positions dans Bank of the Ozarks (+ 1,2 million d’actions) et dans Boston Scientific (+ 1,4 million d’actions). La participation dans Walgreens Boots Alliance a été charcutée d’environ 75 % et celle dans BB&T Bank a été abaissée de 95 %.

PHOTO JASON E. MICZEK, ARCHIVES BLOOMBERG

Letko Brosseau a ajouté 1 million d’actions de General Electric à son portefeuille au deuxième trimestre.

Letko Brosseau

Responsables des placements : Peter Letko et Daniel Brosseau

Siège social : Montréal

Fait saillant : bonification substantielle de la position dans la CIBC

Autres gestes importants au deuxième trimestre de 2019

Ajout de 1,8 million d’actions d’EnCana

Ajout de 1 million d’actions de General Electric

Réduction de 429 000 actions de Telus

Après avoir ajouté 7,6 millions d’actions d’EnCana au quatrième trimestre de 2018 et 11,4 millions d’actions additionnelles de cette entreprise du secteur de l’énergie au premier trimestre, le gestionnaire d’actifs montréalais a bonifié de 5 % supplémentaires son investissement au deuxième trimestre. Manuvie continue de prendre de l’importance en portefeuille avec l’ajout de 600 000 autres actions de l’assureur canadien au trimestre printanier. Letko Brosseau avait déjà fait l’acquisition d’un bloc équivalent au trimestre précédent et de 2 millions d’actions de Manuvie au quatrième trimestre de 2018.

PHOTO TY WRIGHT, ARCHIVES BLOOMBERG

Hexavest a entrepris des participations importantes dans plusieurs petites banques américaines au deuxième trimestre, notamment KeyCorp (notre photo), SunTrust, M&T Bank, Fifth Third et US Bancorp.

Hexavest

Cochefs des placements : Vital Proulx et Vincent Delisle

Siège social : Montréal

Fait saillant : bonification substantielle de la participation dans Canadian Natural Resources

Autres gestes importants au deuxième trimestre de 2019

Vente de 1,6 million d’actions d’Altria

Vente de 1,5 million d’actions de Kroger

Achat de 2,2 millions d’actions de KeyCorp Bank

Le gestionnaire d’actifs montréalais a entrepris des participations importantes dans plusieurs petites banques américaines au deuxième trimestre, notamment KeyCorp, SunTrust, M&T Bank, Fifth Third et US Bancorp. Après avoir abaissé de 90 % son investissement dans Manuvie (- 2 millions d’actions) au trimestre précédent, Hexavest l’a bonifié de 135 % au deuxième trimestre (+ 360 000 actions). Le placement dans Canadian Natural Resources a été bonifié de 775 % (+ 2 millions d’actions).

Méthodologie

Les grands investisseurs institutionnels sont tenus de déclarer tous les trimestres à la Securities & Exchange Commission le contenu de leurs portefeuilles d’actions qui s’échangent sur les marchés américains. Les titres de nombreuses entreprises canadiennes et québécoises se négocient aux États-Unis, ce qui rend intéressants les documents déposés par les institutionnels québécois. Ces déclarations sont suivies afin d’obtenir des signaux révélant où les grands investisseurs repèrent des valeurs. Les documents portant sur le deuxième trimestre de 2019 ont été déposés dans les derniers jours, ce qui permet de voir comment les gros investisseurs de la province se sont positionnés pour l’été.