Le conseil d’administration de Transat s’est prononcé sur l’offre déposée par le groupe Mach vendredi et il ne se contente pas de conseiller aux actionnaires de la rejeter : il dépose aussi une plainte, accusant Mach d’abus et de tromperie.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

Mach, un promoteur immobilier, a déposé vendredi après-midi une offre visant l’acquisition d’un maximum de 19,5 % des actions de catégorie B de Transat à 14 $ l’unité, dans le but avoué de faire échouer le vote des actionnaires devant approuver la vente à Air Canada, à la fin août. La structure de l’offre lui permet toutefois théoriquement d’obtenir une quantité illimitée de droits de vote.

« Le conseil, le comité spécial et leurs conseillers rejettent catégoriquement le stratagème de Mach comme étant hautement abusif, coercitif, trompeur et conditionnel, et préjudiciable aux intérêts des actionnaires et les exposant à un risque important en faisant fi injustement de leurs intérêts et en détournant les règles applicables en valeurs mobilières conçues pour protéger les actionnaires et les traiter de manière juste et équitable ainsi que pour protéger l’intégrité des marchés financiers », écrit Transat dans un communiqué d’une rare sévérité rendu public ce matin.

« Notamment, le conseil prévient que Mach n’a pris aucun engagement d’acquérir et de payer les actions déposées dans le cadre de son stratagème. »

Transat en a principalement contre le fait que l’offre de Mach est conditionnelle. Pour y participer, les actionnaires doivent s’engager à lui transférer tous leurs droits de vote avant l’assemblée du 23 août. En revanche, leurs actions ne seront véritablement vendues et ils ne recevront leur compensation que si Mach réussit effectivement à faire avorter la transaction avec Air Canada. De plus, si plus de 19,5 % des actions sont déposées auprès de Mach, celle-ci ne s’engage à en racheter que 19,5 %, au prorata. Des actionnaires pourraient ainsi se retrouver à avoir cédé certains de leurs droits de vote « gratuitement », selon Transat.

Fait à noter, l’éventualité où l’offre de Mach échouerait signifierait que celle d’Air Canada est approuvée. Les actionnaires ayant déposé leurs actions toucheraient donc quand même les 13 $ par action promis par Air Canada.

Transat a annoncé avoir déposé une plainte auprès du Tribunal administratif des marchés financiers.