Desjardins: une enquête conjointe fédérale et provinciale

La Commission d'accès à l'information du Québec et le Commissariat à la... (MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

La Commission d'accès à l'information du Québec et le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada annoncent qu'ils feront une enquête spéciale et conjointe au Mouvement Desjardins à la suite de la fuite de renseignements personnels touchant 2,9 millions des membres-clients des caisses populaires.

Dans un bref communiqué conjoint émis en fin d'après-midi, lundi, les deux organismes indiquent que «leurs enquêtes permettront de déterminer si l'organisation (Mouvement Desjardins) a respecté la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé en vigueur au Québec, et la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques, la loi fédérale sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé au Canada.»

Les deux commissariats mentionnent aussi que «bien que Desjardins exerce l'essentiel de ses activités au Québec et est assujetti à la loi provinciale, il est également assujetti à la loi fédérale pour les activités qu'il exerce dans d'autres provinces.»

C'est pourquoi, disent-ils dans leur communiqué conjoint, les deux commissariats «ont donc décidé de collaborer pour les fins de ces enquêtes».

Desjardins est dans la tourmente après avoir dévoilé, le 20 juin dernier, que les informations personnelles de 2,9 millions de ses membres pourraient se trouver entre les mains de personnes mal intentionnées après avoir été transmises illégalement par un employé de la coopérative - qui a depuis été congédié.

Des noms, dates de naissance, numéros d'assurance sociale, adresses, numéros de téléphone, courriels - des informations prisées par les fraudeurs - ainsi que des renseignements en matière d'habitudes transactionnelles et de produits détenus ont été transmis illégalement à des tiers.

Toutefois, les mots de passe, les numéros d'identification personnels des membres et leurs questions de sécurité n'ont pas été compromis.

Le groupe financier coopératif a également été critiqué puisqu'Equifax n'a pas répondu aux attentes afin d'aider ses membres victimes du vol de leurs données. Desjardins a mandaté Equifax pour assurer la surveillance des dossiers de ses membres. Mais les plaintes ont rapidement fusé : l'attente était longue, le service en ligne parfois carrément inaccessible et des clients n'ont pu parler à un agent en français.

- Avec La Presse canadienne




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer