Nouveau Monde Graphite a réussi à obtenir 12 millions de dollars supplémentaires pour poursuivre son projet de mine de graphite à Saint-Michel-des-Saints.

Hélène Baril Hélène Baril
La Presse

La nouvelle ronde de financement, à laquelle les investisseurs institutionnels déjà présents au capital ont participé, sera finalisée dans les prochains jours, a fait savoir hier le président et chef de la direction de Nouveau Monde Graphite, Éric Desaulniers, lors d’un entretien avec La Presse.

Investissement Québec et la Caisse de dépôt, qui étaient déjà actionnaires de l’entreprise, ont été sollicités, mais il n’a pas été possible hier de savoir s’ils avaient augmenté leur mise.

La Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, qui s’oppose au projet, avait expressément demandé au gouvernement du Québec et à la Caisse de dépôt ne pas réinvestir plus d’argent dans le projet qu’elle juge trop risqué.

Le projet est aussi contesté par un groupe de résidants et de villégiateurs de Saint-Michel-des-Saints.

Une étude commandée par la Coalition auprès de l’analyste minier indépendant Jim Kuipers, de Kuipers & Associates, soulève plusieurs questions sur la rentabilité de la future mine.

Par exemple, le consultant relève que l’étude de faisabilité table sur un prix du graphite très élevé et sur un taux de change à long terme de 0,76 $US, des hypothèses qu’il considère comme trop optimistes.

« Nous, on pense que c’est très réaliste », assure Éric Desaulniers, qui a répondu aux questions à ce sujet lors de l’assemblée des actionnaires de l’entreprise, hier.

Il dit considérer l’opinion de l’expert « avec sérieux », mais il maintient les hypothèses retenues dans l’étude de faisabilité.

Des investissements de 300 millions

INFOGRAPHIE LA PRESSE

Le financement de 12 millions sur le point d’être conclu complète la levée de fonds de 22 millions réalisée par Nouveau Monde au cours des derniers mois.

En avril, le Groupe Pallinghurst, un fonds minier européen, a investi 10,3 millions dans l’entreprise, avec l’intention d’augmenter éventuellement sa mise. Cet investissement lui donne une participation au capital-actions de 19,9 % et deux représentants au conseil d’administration.

Nouveau Monde Graphite aura besoin de 300 millions pour développer son gisement de graphite destiné au secteur des batteries pour les véhicules électriques. L’entreprise a l’intention d’électrifier toutes ses opérations pour en atténuer l’impact environnemental.

Les investisseurs ne semblent pas convaincus du potentiel des projets miniers liés aux matériaux de batteries. Le titre de Nouveau Monde Graphite et celui de son concurrent, Mason Graphite, s’échangent actuellement à des niveaux près de leurs creux historiques.