(Ottawa) La justice canadienne accuse Volkswagen d’avoir importé en toute connaissance de cause des voitures qui ne respectaient pas les normes canadiennes en matière d’émissions polluantes.

Publié le 9 déc. 2019
La Presse canadienne

Le constructeur automobile allemand fait face à 58 chefs d’accusation pour avoir enfreint la Loi canadienne sur la protection de l’environnement lorsqu’il a importé entre 2008 et 2015 au Canada 128 000 voitures qui ne respectaient pas les normes antipollution.

Le constructeur fait aussi face à deux autres chefs d’accusation pour avoir fourni des informations trompeuses.

La poursuite au Canada est déposée plus de quatre ans après que Volkswagen a admis avoir installé des logiciels sur 11 millions de voitures dans le monde pour tromper les appareils de mesure des émissions et laisser croire que ces véhicules étaient plus « propres » qu’ils ne le sont en réalité.

Aux États-Unis, dans une poursuite similaire, Volkswagen a plaidé coupable en mars 2017 et a été condamné à verser une amende de plus de 4,3 milliards.

Volkswagen comparaîtra pour la première fois vendredi pour répondre aux accusations canadiennes.