Les investisseurs ont salué hier la «  grosse  » transaction annoncée par Thérapeuthique Knight, une acquisition d’une valeur de près de 420 millions CAN en Amérique latine qui alimentait les rumeurs depuis quelques semaines.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

L’action de la société pharmaceutique montréalaise a gagné près de 14 %, à 8,55 $, hier à Toronto, pour s’approcher de son plus haut niveau des 52 dernières semaines.

Au début du mois d’octobre, plusieurs analystes avaient commenté les rumeurs indiquant que Knight était en discussion avec la société biopharmaceutique Biotoscana. Certains avaient parlé d’une « occasion matérielle de déploiement de capitaux », d’une « opportunité de croissance importante » et d’une « étape logique » à franchir pour Knight.

Avec des liquidités disponibles de près de 800 millions dans ses coffres, Knight cherchait depuis longtemps à réaliser une transaction d’importance. Un des plus gros actionnaires de Knight avait d’ailleurs manifesté publiquement son impatience l’hiver dernier.

En s’engageant hier à acquérir Biotoscana dans une opération qui doit s’effectuer en deux temps, Knight pense avoir déniché une plateforme de croissance future par le truchement d’acquisitions.

Dans un premier temps, Knight achète 51 % de l’entreprise en acquérant les participations d’Advent International et d’EW Partners, deux gros actionnaires de Biotoscana, une entreprise publique dont les actions sont principalement négociées à la Bourse brésilienne. Une offre publique aux autres actionnaires de Biotoscana doit être lancée dans les prochaines semaines pour permettre de fermer le capital de l’entreprise.

« Biotoscana est un partenaire stratégique naturel par son modèle d’affaires similaire au modèle de Knight et ses relations solides avec des partenaires mondiaux (Celgene, Gilead, etc.) », a commenté Jonathan Goodman, chef de la direction de Knight. 

Ambitions mondiales

Avant de fonder Knight il y a cinq ans, Jonathan Goodman avait cofondé et dirigé Laboratoires Paladin, une entreprise rachetée par Endo Health Solutions en 2013 pour 3,2 milliards de dollars.

Le modèle d’affaires de Knight s’articule notamment autour de l’acquisition de licences pour des produits pharmaceutiques destinés au marché canadien et à des marchés internationaux ciblés.

« Nous tentons de bâtir une pharmaceutique spécialisée du reste du monde, ce qui veut dire à l’extérieur des États-Unis, de l’Europe de l’Ouest, de la Chine et du Japon », souligne Samira Sakhia, présidente et responsable des finances chez Knight.

« Le marché pharmaceutique latino-américain est gros et croît plus rapidement que la plupart des autres régions géographiques de la planète. Nous avons analysé plusieurs opportunités depuis trois ans et avons finalement identifié une entreprise qui nous permet de cocher toutes les cases (produits, dirigeants, etc.) », a ajouté Samira Sakhia au cours d’une téléconférence.

« Derrière cette plateforme que nous achetons, il y a une forte équipe de gestionnaires que nous sommes allés rencontrer à plusieurs reprises à São Paulo, au Brésil, et à Buenos Aires, en Argentine, au cours des derniers mois. »

Dans un rapport de recherche publié il y a une douzaine de jours, l’analyste Lennox Gibbs, de la TD, prévenait d’un potentiel de risque d’exécution lié à Biotoscana. « La performance financière de l’entreprise a été décevante pour la majeure partie de l’année 2018 malgré un portefeuille de produits qui semble attrayant », écrivait-il.

« À première vue, la fluctuation dans les revenus, le taux de change et une visibilité limitée pour les bénéfices sont à blâmer. Je ne suis pas certain que ces ennuis ont été réglés. »

Biotoscana en bref

Siège social : Uruguay

Bourses : Brésil et Luxembourg

Symbole boursier au Brésil : GBIO33

Activités : biopharmaceutique présente dans 10 pays d’Amérique latine avec des produits sous licence dans des segments de marché comme l’oncologie et l’oncohématologie et les maladies infectieuses.

Chiffre d’affaires (12 mois terminés au 30 juin) :

240 millions CAN

Bénéfice brut ajusté (12 mois terminés au 30 juin) :

49 millions CAN