(Calgary) La Pétrolière Impériale a affiché vendredi un bénéfice du deuxième trimestre supérieur aux attentes des analystes, grâce à la solide production de ses sables bitumineux et à l’incidence favorable d’une réduction du taux d’imposition des sociétés de l’Alberta.

La Presse canadienne

La société de Calgary, qui est détenue à 70 % par l’entreprise texane Exxon Mobil, a enregistré un bénéfice de 1,2 milliard pour le trimestre clos le 30 juin, à partir de revenus totalisant 9,26 milliards. En comparaison, elle avait gagné 196 millions grâce à des revenus de 9,54 milliards pour la même période en 2018.

Les résultats du plus récent trimestre comprenaient une économie de 662 millions liée à la réduction du taux d’imposition des entreprises en Alberta, qui passera de 12 % à 8 % d’ici 2022.

Les analystes s’attendaient à un bénéfice de 555 millions, soit 79 cents par action, à partir d’un chiffre d’affaires de 9,012 milliards, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

La production de l’Impériale a atteint en moyenne l’équivalent de 400 000 barils de pétrole par jour, comparativement à 336 000 barils par jour pour le deuxième trimestre de 2018. L’entreprise a notamment attribué cette croissance à la solide production de sa mine de sables bitumineux Kearl et à sa participation de 25 % dans le consortium de sables bitumineux de Syncrude.

Les livraisons de brut par rail ont atteint en moyenne 64 000 barils par jour au cours du deuxième trimestre, une quantité en hausse par rapport à celle de 36 000 barils par jour au premier trimestre.

« Au cours d’un trimestre où le secteur amont a terminé d’importantes activités de révision, la société a quand même atteint sa production la plus élevée en plus de 25 ans au deuxième trimestre », a souligné le président et chef de la direction, Rich Kruger, dans un communiqué.

« L’accent continu mis sur l’amélioration de la fiabilité à Kearl fonctionne, l’exploitation ayant enregistré quatre de ses dix meilleurs jours de production à ce jour après l’achèvement de la révision en juin. »