(New York) American Airlines a relevé jeudi la facture des déboires du Boeing 737 MAX dont elle est un des gros clients, mais est restée optimiste pour son activité pour l’ensemble de l’année 2019.

Agence France-Presse

La compagnie aérienne, qui a annulé tous les vols programmés sur ses 24 737 MAX jusqu’au 2 novembre, a indiqué que le coût de l’immobilisation au sol depuis plus de 4 mois de cet avion phare de Boeing, après deux accidents ayant fait 346 morts, allait désormais s’établir à 400 millions de dollars pour 2019.

American Airlines s’attendait jusque-là à une facture à 350 millions de dollars, selon un communiqué.

Le transporteur n’a toutefois pas dit s’il comptait, comme sa rivale Southwest, procéder à une nouvelle annulation des vols prévus sur le MAX jusqu’à début 2020.

Boeing a inscrit mercredi une charge de 5,6 milliards de dollars dans ses comptes trimestriels pour indemniser les compagnies aériennes affectées par la crise du MAX.

Les compensations se feront au cas par cas et prendront plusieurs formes, ont précisé les dirigeants du constructeur aéronautique lors d’une conférence téléphonique.

Rabais sur de futurs contrats, offres de services de maintenance et de formation du personnel sont par exemple des moyens d’indemnisation envisagés, selon les analystes.

Au deuxième trimestre écoulé, la crise du MAX a coûté 175 millions de dollars à American Airlines et contribué à augmenter ses coûts.

La compagnie est cependant parvenue à limiter les dégâts et s’est même permis jeudi de relever ses objectifs financiers annuels, en raison d’une hausse du trafic aérien, notamment passagers.

Elle table sur un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, compris entre 4,50 et 6 dollars, contre de 4 à 6 dollars fin avril.

Les analystes anticipent eux 5,19 dollars.

Le groupe a dégagé un bénéfice net de 662 millions de dollars au deuxième trimestre, en hausse de 19 %, ce qui s’est traduit par un bénéfice par action ajusté de 1,82 dollar, supérieur au 1,76 dollar escompté en moyenne par les analystes financiers.

Le chiffre d’affaires a augmenté de 3 % à 11,96 milliards de dollars, conforme aux attentes.

À Wall Street, l’action reculait de 0,56 % dans les échanges électroniques de préséance.