Exo, l’organisme responsable de l’exploitation des trains de banlieue à Montréal, va changer 10 de ses locomotives diesels circulant sur les lignes Mont-Saint-Hilaire, Saint-Jérôme, Vaudreuil-Hudson et Candiac. L’appel d’offres sera lancé cet automne.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

Exo veut remplacer ses locomotives F59PH vieillissantes. Alors nommée Agence métropolitaine de transport (AMT), Exo les avait achetées en 2011 de la société Go Transit de Toronto et l’AMT les avait fait remettre à niveau.

Une division de General Motors a construit 73 exemplaires de ces engins entre 1988 et 1994. Ce constructeur a été racheté par Progress Rail, une filiale de Caterpillar, en 2010.

Les nouveaux modèles auront l’avantage de tirer jusqu’à dix voitures de passagers, plutôt que huit actuellement ; ils respecteront aussi les normes environnementales EPA Tier 4.

Budget de 361 millions 

Il s’agira du premier de deux contrats. Exo a aussi inscrit à son programme d’immobilisations 2019-2028 le remplacement de 11 autres locomotives, cette fois des F59PHI. Le budget total, incluant une série de frais accessoires, s’élève à 361 millions pour les 21 locomotives.

Ce sont 83 exemplaires de F59PHI qui ont été construits de 1994 à 2001 par le même constructeur, soit General Motors Electro-Motive Division.

En 2018, Exo a lancé un appel d’intérêt sur le remplacement des locomotives, un processus informel visant à amasser de l’information en provenance du marché. « Ce n’était pas un appel qualificatif », dit Louis-André Bertrand, porte-parole.

Considérant le caractère purement consultatif de l’appel d’intérêt, Exo n’entend pas dévoiler publiquement le nombre de constructeurs y ayant répondu, ni leur identité.

Les principaux constructeurs

Chez Bombardier Transport, on ne divulgue pas ce genre d’informations. Bombardier construit des locomotives. Par exemple, elle a construit les locomotives bimodes ALP-45DP servant au train de Mascouche, lesquelles deviendront toutefois inutiles avec l’arrivée du Réseau express métropolitain à compter de 2021. L’an dernier, Bombardier a remporté un contrat pour 17 de ces locomotives bimodes avec le New Jersey. La société construit aussi les modèles TRAXX.

Les principaux constructeurs en Amérique du Nord sont Wabtec (ex-GE Transportation), Progress Rail, Brookville Equipment, Siemens, qui a remporté le récent contrat de VIA Rail pour le renouvellement du matériel roulant dans le corridor Québec-Windsor, et Stadler Rail, de Suisse.

Ceux-ci s’attendent à une année 2019 fort chargée, rapportait en avril le magazine spécialisé Rail Insider. Les contrats de remises à niveau ou de locomotives neuves affluent. Les exploitants passent des commandes en vue de réduire leurs frais d’exploitation ou pour respecter des exigences environnementales plus sévères.