(Washington) Huawei, le géant chinois de la téléphonie dans le collimateur de l’administration Trump qui le soupçonne de collaborer avec Pékin, va supprimer de nombreux emplois aux États-Unis, croit savoir le Wall Street Journal.

Agence France-Presse

Ces suppressions d’emplois devraient toucher le centre de recherche et de développement du groupe chinois Futurewei Technologies, pour lequel travaillent quelque 850 personnes dans plusieurs États, précise le WSJ dimanche.

Les suppressions d’emplois pourraient se compter par centaines, précise le journal, indiquant que les citoyens chinois travaillant pour le centre aux États-Unis s’étaient vu offrir la possibilité de rentrer au pays et de conserver leur emploi.

L’administration de Donald Trump milite dans le monde entier auprès de ses alliés pour qu’ils fassent comme elle et empêchent le groupe chinois – qui est un des leaders mondiaux dans la technologie 5G – de participer à la construction de ces réseaux de téléphonie mobile à très haut débit.

Washington accuse Huawei de collaborer étroitement avec Pékin et craint que les services de renseignement chinois n’aient accès aux données transportées sur les futurs réseaux.

Après un sommet entre le président américain et son homologue chinois Xi Jinping à Osaka fin juin, l’administration a desserré quelque peu l’étau en permettant à des entreprises américaines de vendre des puces électroniques à Huawei, à condition qu’elles ne présentent pas de danger pour la sécurité nationale.