Le célèbre Jos Louis ne quittera pas Sainte-Marie, en Beauce. C’est du moins ce que confirme Bimbo Canada, propriétaire de la boulangerie Vachon, dont les représentants sont déjà sur place pour constater l’ampleur des dégâts causés par l’inondation des derniers jours.

Nathaëlle Morissette Nathaëlle Morissette
La Presse

D’ici la reprise des activités, les amateurs de Ah Caramel ! et de May West devraient faire des réserves, puisque les gâteaux pourraient venir à manquer si l’usine ne reprend pas ses activités avant plusieurs semaines.

« Nous allons rendre la boulangerie opérationnelle dès que possible, mais nous allons tout d’abord considérer la sécurité et le bien-être de nos associés ainsi que la sécurité alimentaire et l’assurance qualité, a déclaré par courriel la porte-parole de Bimbo Canada, Sylvia Sicuso. Nous sommes en train d’évaluer les dégâts afin de mettre en place un plan de reprise des activités. Rien ne sera confirmé avant encore quelques jours, mais les premières constatations laissent croire qu’il faudra de trois à huit semaines avant le rétablissement complet des chaînes de production. »

Bien qu’il y ait de l’incertitude concernant le moment exact de la reprise des activités, le maire de Sainte-Marie, Gaétan Vachon, se disait heureux de savoir que la boulangerie Vachon, qui compte quelque 700 employés, produirait à nouveau ses petits gâteaux, une fois le nettoyage terminé.

« J’ai réussi à parler avec les gens de Vachon. Ils vont venir rencontrer les employés pour les rassurer. C’est notre fleuron. »

Or, de son côté, le Syndicat international des travailleurs et travailleuses de la boulangerie, confiserie, tabac et meunerie (BCTM), local 480 est loin de crier victoire. On se dit toujours inquiet quant à la réouverture de l’usine, car elle est située à proximité de la rivière Chaudière, donc vulnérable aux inondations. « Je n’ai pas eu de confirmation de la part de Vachon à ce sujet, souligne le porte-parole, Sébastien Boies. Tant que c’est sale [dans l’usine], c’est difficile d’obtenir un diagnostic. Mais est-ce que je suis plus confiant aujourd’hui qu’hier ? La réponse est oui. »

PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL

Il pourrait y avoir une pénurie de gâteaux Vachon si l’usine ne reprend pas ses activités avant plusieurs semaines.

Pénurie de Jos Louis en vue ?

Par ailleurs, si la mythique boulangerie demeure fermée pendant plusieurs semaines, il se pourrait que les étalages des épiceries réservés aux gâteaux Vachon soient plus difficiles à remplir. À ce sujet, à Sainte-Marie, Francis Veilleux, propriétaire du supermarché IGA Extra Boucherie Veilleux, se dit inquiet. « Même après l’ouverture de l’usine, ça peut prendre une ou deux semaines avant que l’on ait d’autres gâteaux », souligne celui qui reçoit des livraisons de gâteaux Vachon quatre ou cinq fois par semaine. Pour le moment toutefois, il assure que ses tablettes sont bien garnies.

Au siège social d’IGA, la porte-parole Anne-Hélène Lavoie ne cache pas que l’arrêt temporaire des activités « va avoir un impact » sur l’approvisionnement. D’autant plus que les gâteaux Vachon figurent dans la circulaire lancée hier.

« C’est un bon vendeur. Vachon est encore un chef de file dans sa catégorie. »

Metro et Loblaw disent également suivre la situation de près. « Bimbo Canada est en communication quotidienne avec nous pour nous tenir au courant des développements et des prochaines étapes d’ici le rétablissement de leur production », assure pour sa part Geneviève Grégoire, chef des communications chez Metro.

Le maire Vachon prend pour sa part cette possible pénurie avec philosophie. « L’important, c’est qu’on ait des gâteaux dans le futur. Si on en manque pendant 15 jours, ça va juste faire du bien à notre ligne ! »