Source ID:dbcad675-1ce9-45db-8f09-fb19c0e75e1e; App Source:alfamedia
Exclusif

Un nouveau Sinorama voit le jour

L'agence Vacances Sinorama, rappelons-le, a vu son permis... (Photo Martin Tremblay, La Presse)

Agrandir

L'agence Vacances Sinorama, rappelons-le, a vu son permis révoqué par l'OPC car elle ne respectait pas les règles concernant la gestion de ses comptes clients.

Photo Martin Tremblay, La Presse

Une entreprise de la région de Toronto détenue par des actionnaires d'origine chinoise vient de lancer un nouveau voyagiste à Montréal appelé Sinorama, a appris La Presse.

L'entreprise baptisée Voyages NGH Sinorama a été incorporée le 9 août, deux jours après que Vacances Sinorama a vu son permis révoqué par l'Office de la protection du consommateur (OPC). Cette révocation est contestée en Cour supérieure.

Au Registre des entreprises du Québec, la nouvelle NGH Sinorama déclare être une agence de voyages et de vente de billets. Elle est détenue par l'homme d'affaires Qiang John Wang, qui est président d'une agence de voyages et de tours d'autocars située à Markham, dans la région de Toronto, appelée New Golden Horse Tours (NGH).

L'agence Vacances Sinorama, rappelons-le, a vu son permis révoqué par l'OPC car elle ne respectait pas les règles concernant la gestion de ses comptes clients. Selon des documents déposés devant le tribunal, le président Hong Simon Qian a admis à l'OPC avoir violé la loi à cet égard. Une firme comptable embauchée par l'entreprise a estimé que le manque à gagner des clients s'élevait à 33 millions de dollars.

« C'est trop tôt pour vous parler. Rappelez-nous en octobre », s'est contenté de dire David Weng, qui nous a été présenté comme le responsable des finances de NGH. La Presse l'a joint au téléphone à son bureau de Toronto. Il a été impossible de parler au patron Qiang Wang, ou d'avoir réponse de sa part à nos questions transmises par courriel.

Selon l'OPC, NGH Sinorama n'a pas fait de demande de permis d'agent de voyages à ce jour.

Avant de voir son permis révoqué, le 9 août, Simon Qian avait indiqué à l'OPC, dans un courriel daté du 5 août que nous avons obtenu : « Certaines personnes nous ont montré leur intention d'acheter Sinorama. Pour ce faire, veuillez nous donner un peu plus de temps. Nous aimerions sauvegarder la marque Sinorama, et sommes prêts à la vendre. L'aide du gouvernement pour chercher des acheteurs sera très appréciée. Et nous sommes très flexibles sur le prix de vente. »

La Presse a voulu demander à Simon Qian s'il avait vendu la marque Sinorama. Son avocat Brian Mitchell, du cabinet Mitchell Gattuso, a répondu à sa place.

« J'ai parlé à mon client. Il m'a dit qu'il n'y a pas eu de vente de Sinorama ni de vente d'éléments d'actif. Il a ajouté que l'agence est maintenant gérée par PricewaterhouseCoopers (PwC). » - Me Brian Mitchell

Joint au téléphone, l'administrateur provisoire de PwC, Christian Bourque, a affirmé qu'il n'a vendu aucun actif de Sinorama. « La loi ne nous donne pas ce pouvoir. Nous sommes très limités », a-t-il expliqué.

En plus d'avoir Simon Qian comme président, Vacances Sinorama a comme vice-présidente Wen Nika Wang et comme trésorier Wen Jian Martine Jing, selon le fichier des entreprises.

Rappelons que les affiliées de Toronto et de Vancouver de Vacances Sinorama ont été fermées dans la foulée de la mise sous tutelle de l'agence de Montréal par l'OPC.

INQUIÉTUDE DANS LE MONDE DU VOYAGE

La réapparition de Sinorama, sous une nouvelle mouture, inquiète au plus haut point le monde du voyage.

« J'espère juste que l'OPC va arrêter cette histoire et qu'elle va être beaucoup plus sévère à cet égard », dit Nathalie Guay, directrice principale pour le Québec du Réseau ensemble, une coopérative internationale regroupant 850 agences de voyages indépendantes du Canada, surtout, mais aussi de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Son réseau ne traitait pas avec Sinorama comme fournisseur privilégié, bien qu'il aurait pu le faire puisque Vacances Sinorama agissait non seulement à titre d'agent de voyages, mais aussi de grossiste.

Selon Mme Guay, des concurrents de longue date se positionnent aujourd'hui pour occuper le créneau délaissé par Sinorama. Des dates de départ vers la Chine sont proposées à partir de Montréal en octobre et en novembre à un prix avoisinant les 1000 $ pour des forfaits de 10 jours.

Mme Guay est perplexe. Selon elle, le prix réaliste pour un voyage tout inclus de 10 jours et plus en Chine s'élève à 3000 $.

« C'est impossible de vendre un tel forfait à moins de 1000 $, assure-t-elle. À ce prix, il y a quelqu'un qui perd de l'argent quelque part. Et c'est notre fameux fonds d'indemnisation et donc toute l'industrie qui paie pour ces dégâts. »

Par ailleurs, Christian Bourque, de PwC, nous indique que « la question des indemnisations devrait partir bon train à partir de la semaine prochaine ». L'OPC précise que le plafond d'indemnisation par voyagiste a été rehaussé en vertu de la nouvelle loi. Il équivaut maintenant à 60 % du Fonds d'indemnisation (FICAV), ce qui correspond à une somme maximale de quelque 93 millions. Cette somme est bien supérieure à ce qui serait requis pour combler le déficit de 33 millions qui est pour le moment avancé pour Sinorama.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer