Cogeco Communications a vu son bénéfice glisser d'environ 15 pour cent au troisième trimestre, un résultat principalement attribué à une dépréciation de biens et à des charges financières.

Publié le 11 juill. 2018
LA PRESSE CANADIENNE

Le profit a ainsi été de 64,5 millions $, en baisse par rapport à 76,2 millions pour la période correspondante de l'exercice 2017, principalement « en raison d'une augmentation de la dotation aux amortissements et des charges financières, contrebalancée en partie par une augmentation du BAIIA ajusté et par une diminution des impôts sur le résultat », a indiqué Cogeco Communications par communiqué en annonçant ses résultats, mercredi, après la fermeture des marchés.

Les revenus ont augmenté de 12,7 pour cent pour atteindre 637,1 millions, essentiellement stimulés par une croissance de 44 pour cent au sein du secteur des services internet à large bande aux États-Unis. Les revenus sont demeurés stables au sein du secteur des services internet au Canada.

Une diminution de 1,3 pour cent des revenus a été enregistrée pour le trimestre clos le 31 mai dans les services de technologies de l'information et des communications aux entreprises.

Le bénéfice par action a été de 1,24 $, comparativement à 1,55 $ un an plus tôt. Un dividende déterminé trimestriel de 0,475 $ par action a été déclaré.

Cogeco, la société mère, a affiché un profit de 70,1 millions, en baisse par rapport à 82,1 millions  lors du troisième trimestre de l'exercice précédent. Ses revenus ont augmenté d'environ 11 pour cent, à 668,9 millions.

En avril, Cogeco Communications avait dit « garder toutes ses options ouvertes » en ce qui a trait à une éventuelle percée dans le secteur du sans-fil face aux trois principales entreprises de télécommunications au pays, Rogers, Bell et Telus.

À ce moment, Louis Audet - qui cédera ses fonctions de président et chef de la direction en septembre prochain, tout en demeurant impliqué comme président exécutif du conseil d'administration - avait affirmé que l'entreprise était intéressée à « ajouter un service de téléphonie mobile à (son) offre, mais que cela devait être profitable et respecter (ses) moyens financiers ».

Mercredi, l'entreprise a souligné qu'en mai, la filiale Cogeco Connexion est devenue le soumissionnaire retenu pour 23 licences de spectre dans les bandes de 2500 MHz et de 2300 MHz, situées principalement dans ses zones de couverture de services filaires en Ontario et au Québec, pour un prix total de 24,3 millions.

En juin, Cogeco Connexion a acquis 10 licences de spectre dans la bande de 2500 MHz de Kian Telecom dans des régions non métropolitaines de l'Ontario pour 8 millions.

Le coût de ces licences de spectre sera comptabilisé au quatrième trimestre de l'exercice 2018.

« Dans l'ensemble, nous sommes satisfaits de notre performance pour le troisième trimestre de l'exercice 2018 », a déclaré M. Audet par communiqué.

« Les résultats de Cogeco Connexion sont demeurés stables par rapport au troisième trimestre de l'exercice 2017, malgré le fait que notre filiale des Services à large bande canadiens a procédé à l'implantation d'un nouveau système avancé de gestion des clients et a ainsi temporairement réduit ses activités de marketing et de vente au cours de la période d'intégration du système », a-t-il soutenu.

Pour ce qui est des services internet à large bande aux États-Unis, M. Audet a soutenu que les principales étapes de l'intégration étaient maintenant terminées, « tout comme le changement de l'image de la marque, qui est devenue Atlantic Broadband ».

« Nous sommes maintenant prêts à procéder au lancement de TiVo et à l'augmentation des vitesses internet pour ces clients », a-t-il indiqué.