Kimberly-Clark pessimiste après un recul des résultats

Le fabricant des couches-culottes Huggies et des mouchoirs... (Photo archives AP)

Agrandir

Le fabricant des couches-culottes Huggies et des mouchoirs en papier Kleenex a dégagé un bénéfice net de 531 millions de dollars d'avril à juin, en baisse de 6,2% sur un an.

Photo archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le groupe américain de produits de grande consommation Kimberly-Clark a prévenu mardi que l'environnement économique était devenu «difficile» après avoir annoncé un recul de ses résultats au deuxième trimestre.

Le fabricant des couches-culottes Huggies et des mouchoirs en papier Kleenex a dégagé un bénéfice net de 531 millions de dollars d'avril à juin, en baisse de 6,2% sur un an.

Ce résultat s'est traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 1,53 dollar, soit 4 cents de plus que les attentes (1,49 dollar) moyennes des analystes financiers.

Les ventes trimestrielles ont, elles, légèrement diminué de 0,74% à 4,55 milliards de dollars, et sont en dessous des attentes des marchés (4,56 milliards). Elles ont pâti de la mollesse des ventes en Amérique du Nord, en l'occurrence dans les produits de salles de bain, et de moins de promotions alors que la concurrence s'est intensifiée.

«Nos résultats du deuxième trimestre reflètent un environnement difficile», a expliqué le PDG Thomas Falk, cité dans le communiqué, disant s'attendre à une hausse des coûts de production plus importante que ce que la société avait anticipé.

Par conséquent, Kimberly-Clark a quelque peu revu à la baisse ses prévisions annuelles. Les ventes 2017 devraient être «égales» à 2016 (18,2 milliards de dollars) ou «légèrement» supérieures, tandis que le bénéfice par action ajusté serait «proche du bas de la fourchette» de 6,20 à 6,35 dollars livrée en avril. À la même époque, l'entreprise disait tabler sur une hausse de 1 à 2% de son chiffre d'affaires en 2017, tandis que les analystes escomptent une progression de 1,2%.

M. Falk veut toutefois rassurer en insistant sur le fait que l'entreprise entend bien économiser 120 millions de dollars et reverser environ 600 millions à ses actionnaires via des dividendes et des rachats de ses propres actions.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer