Le groupe américain de chimie Dow Chemical, en cours de fusion avec DuPont, a dépassé les attentes en 2016, malgré un chiffre d'affaires en léger repli et une lourde charge liée à l'amiante, et se montre optimiste pour 2017.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous voyons les premiers signes d'une dynamique économique positive», a affirmé le PDG du groupe, Andrew Liveris, dans un communiqué.

Les États-Unis «sont en phase de relance grâce à la solidité de la consommation et au soutien de la nouvelle administration qui promet des réformes structurelles», a noté M. Liveris, choisi en décembre par le président Donald Trump pour diriger un groupe de conseillers sur l'industrie américaine.

L'Europe «poursuit sa reprise graduelle malgré l'incertitude politique et les tensions géopolitiques croissantes», la transition en Chine «progresse à un rythme soutenu», la croissance de la classe moyenne en Asie «continue d'alimenter la demande» et l'Amérique latine enregistre une «amélioration», a-t-il ajouté.

Ces tendances devraient permettre à Dow Chemical, qui commercialise une large gamme de produits allant des insecticides aux revêtements plastiques, de conserver une demande «solide», a affirmé le patron du groupe.

Sa fusion avec DuPont, qui devait initialement se conclure d'ici fin 2016, ne devrait quant à elle être finalisée qu'au deuxième trimestre. Les autorités de la concurrence, en particulier la Commission européenne, se penchent de près sur cette opération qui doit donner naissance à un mastodonte valant 130 milliards de dollars en Bourse.

La Commission se demande notamment si la fusion ne risque pas de freiner la recherche et le développement dans le secteur des produits phytosanitaires.

«Nous croyons que nous pouvons apporter les bonnes réponses pour satisfaire à leur demande sur l'innovation», a souligné M. Liveris lors d'une conférence téléphonique avec des analystes. Une fois que cette étape sera passée, les autres autorités de la concurrence, notamment en Chine et aux États-Unis, «devraient suivre» et l'opération devrait pouvoir se terminer «au cours du deuxième trimestre», a-t-il ajouté.

Intégration de Dow Corning

En 2016, le bénéfice net du groupe a reculé de 46%, à 3,98 milliards de dollars. Ajusté par action et hors éléments exceptionnels, il s'affiche toutefois à 3,72 dollars, soit au-dessus des attentes des analystes (3,64 dollars).

Le chiffre d'affaires s'est contracté de 1%, à 48,2 milliards de dollars, en raison notamment des cessions effectuées par l'entreprise: Dow Chemical a engagé depuis quelques années une grande mutation visant à se recentrer sur les produits à forte valeur ajoutée, se séparant par exemple de ses activités dans le chlore.

Le groupe de produits chimiques a aussi passé au courant du dernier trimestre une charge de 1,1 milliard de dollars en raison de changements dans sa façon de comptabiliser les frais juridiques engagés d'ici 2049 dans des procédures liées à l'amiante.

Cette charge a d'ailleurs plombé les comptes du 4e trimestre, le groupe enregistrant sur la période une perte nette de 33 millions.

Ajusté par action et hors éléments exceptionnels, Dow a cependant dégagé un bénéfice de 99 cents, dépassant les 88 cents attendus par les analystes.

Son chiffre d'affaires au 4e trimestre a été porté (+14%) par l'intégration de Dow Corning, la coentreprise spécialisée dans les silicones formée en 1943 avec Corning qu'il a décidé de racheter entièrement.

À Wall Street vers 10h30, l'action prenait 1,78% à 61,28 dollars.