L'action de Groupe Canam a touché un creux des 52 dernières semaines, jeudi, après que le constructeur de structures en acier eut dévoilé un recul de ses profits au troisième trimestre.

Mis à jour le 27 oct. 2016
Julien Arsenault LA PRESSE CANADIENNE

À la Bourse de Toronto, le titre de l'entreprise a plongé de 55 cents, soit 5,9 %, pour clôturer à 8,75 $. Depuis le début de l'année, le titre de Groupe Canam a plongé de 37 % sur Bay Street.

Le recul a été plus marqué depuis que l'entreprise a annoncé, en juillet dernier, une provision spéciale de 32 millions $ après impôt au deuxième trimestre en raison de dépassements de coûts d'un important projet non identifié aux États-Unis.

Pour le troisième trimestre terminé le 26 septembre, l'entreprise établie à Saint-Georges, en Beauce, a affiché un bénéfice net de 8,8 millions $, ou 19 cents par action, en baisse de 40 % comparativement au troisième trimestre de 2015.

«Les marges se sont contractées dans tous les secteurs sauf du côté des ponts», a expliqué son président et chef de la direction, Marc Dutil, au cours d'une conférence téléphonique visant à discuter des résultats.

Cela a eu un effet négatif sur le bénéfice d'exploitation ajusté, qui a fléchi de 29 % pour s'établir à 23,8 millions $.

M. Dutil a souligné aux analystes financiers que le trimestre avait été affecté négativement par les conditions économiques moins vigoureuses que prévu au Canada ainsi qu'aux États-Unis.

Stimulés par la division des ponts ainsi que les acquisitions de TechFab et de StoneBrige, les revenus ont toutefois affiché une croissance de 12,3 %, à 485,3 millions $.

Cette performance trimestrielle a permis à Groupe Canam de répondre aux attentes des analystes, qui tablaient sur un bénéfice par action de 18 cents et un chiffre d'affaires de 472,6 millions $.

Dans la foulée de la réorganisation de ses activités de charpentes métalliques lourdes aux États-Unis, la société avait procédé à une trentaine de mises à pied.

Questionné par les analystes, M. Dutil a affirmé que les écueils rencontrés aux États-Unis ne forceraient pas Groupe Canam à provisionner d'autres sommes.

L'entreprise discute toujours avec son client américain afin de tourner la page sur les problèmes des derniers mois.

Dans une note d'analyse, Mona Nazir, de Valeurs mobilières Banque Laurentienne, s'est montrée préoccupée par la baisse de 11 % du carnet de commandes, qui, au 1er octobre, s'établissait à 1,09 milliard $.

M. Dutil a toutefois indiqué que le carnet de commandes était «gonflé» en raison de l'effet du contrat entourant la construction du nouveau pont Champlain ainsi que d'autres projets majeurs aux États-Unis.

«Il est maintenant plus sain», a affirmé le grand patron de Groupe Canam.

L'entreprise exploite 23 usines en Amérique du Nord et compte plus de 4300 employés au Canada, aux États-Unis, en Roumanie ainsi qu'en Inde.