Le groupe informatique américain IBM a dégagé au 2e trimestre des résultats encore en baisse, mais supérieurs aux attentes, et a confirmé lundi ses prévisions pour l'ensemble de l'année.

Mis à jour le 18 juill. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

Malgré un 17e trimestre consécutif de recul de son chiffre d'affaires, le groupe a fait état de la poursuite de ses progrès dans les activités liées à l'informatique dématérialisée (cloud), l'un de ses axes de développement majeur.

Le bénéfice net s'est établi à 2,5 milliards de dollars, en baisse de 27,4% sur un an, et le chiffre d'affaires à 20,24 milliards de dollars (-2,8%), supérieur aux attentes qui étaient de 20 milliards de dollars. Le bénéfice ajusté par action est de 2,95 dollars, lui aussi supérieur aux attentes de 2,89 dollars. IBM a réaffirmé s'attendre à un bénéfice par action ajusté annuel d'au moins 13,50 dollars, en ligne avec les attentes de 13,49 dollars.

La marge d'exploitation brute ajustée est de 49%, en recul de 1,9 point sur le 2e trimestre de l'an dernier.

En conséquence, l'action du groupe, actuellement en pleine réorientation de ses activités, progressait de 2,53% à 163,90 dollars vers 21h30 GMT dans les échanges électroniques d'après-clôture à Wall Street.

IBM a mis en avant lundi sa progression dans les activités liées à l'informatique dématérialisée (cloud) qui est l'un des principaux secteur vers lequel il entend recentrer ses activités, avec l'analyse de grands volumes de données («big data»), le mobile ou encore la sécurité.

L'ensemble de ces activités considérées comme des «impératifs stratégiques» ont vu leur chiffre d'affaires progresser de 12% sur un an à 8,3 milliards de dollars, et le cloud de 30% à 3,4 milliards de dollars.

Sur les douze derniers mois, le chiffre d'affaires du cloud est de 11,6 milliards de dollars, a souligné le groupe et celui de l'ensemble des activités stratégiques de 31 milliards, représentant désormais 38% du chiffre d'affaires, a souligné le directeur financier Martin Schroeter lors d'une conférence téléphonique avec les analystes.

IBM développe également toute une gamme d'activités autour de son système d'intelligence artificielle en ligne «Watson», qui s'étend des applications médicales aux véhicules autonomes en passant par la sécurité informatique, et a mis l'accent plus récemment sur la vidéo en ligne.

«Nous continuons d'investir pour croître avec des percées récentes dans l'informatique quantique, les objets connectés et des solutions pour le blockchain dans le cadre du cloud», a indiqué la PDG du groupe Ginni Rometty, citée dans le communiqué.

Le blockchain est un programme informatique virtuel partagé entre de nombreuses parties permettant de garantir la traçabilité d'un échange. Elle est l'essence des monnaies virtuelles comme le bitcoin.

IBM a annoncé la semaine dernière un nouveau service dans le cloud a destination des utilisateurs de cette technologie avec un système opérationnel utilisant le logiciel libre Linux.