Source ID:; App Source:

La Laurentienne veut doubler sa taille

Le nouveau PDG de la Banque Laurentienne (T.LB) a dévoilé,... (PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Richard Dufour

(Montréal) Le nouveau PDG de la Banque Laurentienne (T.LB) a dévoilé, hier, un ambitieux plan de transformation qui vise à doubler la taille de la banque d'ici sept ans, un objectif qui sera notamment poursuivi en réalisant des acquisitions stratégiques.

Et c'est spécifiquement pourquoi la banque a annoncé une émission d'actions de 65 millions de dollars. Le PDG François Desjardins a assuré que l'argent récolté servira à financer des projets de croissance et que l'émission n'est pas réalisée pour répondre à des exigences réglementaires.

«Cette émission servira à appuyer notre croissance, organique et par acquisitions, que nous prévoyons réaliser avec notre plan de transformation», dit celui qui est officiellement devenu le grand patron le mois dernier.

La belle tenue du titre en Bourse cet automne (l'action a atteint un nouveau sommet la semaine dernière et montre une progression de près de 20% depuis la fin de l'été) est un facteur qui a servi à convaincre les dirigeants d'émettre des actions.

«Le marché nous a dit que c'était un bon moment pour émettre des actions afin de financer des acquisitions, mais aussi pour nous permettre de financer un plus grand nombre de prêts», commente le chef de la direction financière, François Laurin.

Et parallèlement à cette émission d'actions, la banque a bonifié son dividende trimestriel de 4%, non sans rappeler que la Banque Nationale vient elle aussi tout juste de procéder à une émission d'actions tout en augmentant son dividende.

«La croissance du dividende est liée à notre capacité à dégager des bénéfices. Il faut tenter de trouver un équilibre entre la rémunération des actionnaires et la croissance de la banque», dit François Laurin en précisant que cette bonification annoncée du dividende «coûtera» 2,2 millions en 2016.

Les investisseurs peuvent s'attendre à ce que les acquisitions soient liées aux deux axes de croissance de la Laurentienne: les prêts commerciaux et B2B Banque (filiale qui regroupe les conseillers financiers et les courtiers).

Une performance trimestrielle inférieure aux attentes et l'émission de 1,25 million d'actions (l'équivalent d'environ 5% des actions en circulation) au prix unitaire de 52$ ont affecté l'humeur des investisseurs. L'action de la Banque Laurentienne a reculé de 4% pour clôturer à 51,93$ à la Bourse de Toronto, un cours légèrement inférieur au prix d'émission des actions. Le titre de la banque s'est maintenant replié de 7% depuis le sommet atteint la semaine dernière.

L'action de la Laurentienne présente néanmoins encore, et de loin, la meilleure performance boursière cette année parmi les banques au pays avec une progression de 4%. À titre de comparaison, le sous-indice bancaire canadien montre un repli d'environ 7% en 2015. La Laurentienne est la seule institution bancaire canadienne dont l'action se trouve en territoire positif cette année.

Charge de restructuration

Les résultats de fin d'exercice de l'institution financière ont par ailleurs été plombés par une charge de restructuration de 78,4 millions liée à une combinaison de facteurs, notamment des indemnités de départ.

Une quinzaine de hauts dirigeants, dont des membres du comité de direction, ont quitté la banque cet automne. L'effectif à plein temps à la Laurentienne a diminué de 105 employés durant le quatrième trimestre par rapport à ce qu'il était à la fin de juillet.

La direction a prévenu que d'autres charges de restructuration pourraient être inscrites en 2016, étant donné que la banque continuera d'ajuster son modèle d'affaires et d'évaluer la pertinence du nombre et de la taille de ses succursales.

«Il y a très peu d'éléments positifs dans les résultats du trimestre, commente l'analyste John Aiken, chez Barclays. La banque a raté la cible durant le trimestre, et la charge de restructuration, combinée à l'érosion de la valeur comptable de l'action, ne fera rien pour soutenir la récente montée de l'évaluation boursière.»

Le PDG François Desjardins a par ailleurs profité de la téléconférence organisée en après-midi pour convoquer les analystes et les investisseurs pour une journée de présentations le mois prochain à Toronto. Il entend alors offrir de plus amples informations sur son plan de transformation et ses objectifs.

RÉSULTATS FINANCIERS

(quatrième trimestre)

2015 2014 Var.

Bénéfice par action (ajusté) 1,44$ 1,39$ + 4%

Profits (ajustés, en millions) 44,1 42,6 + 4%




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer