Le géant pétrolier américain ExxonMobil a vu son bénéfice net divisé par plus de deux au deuxième trimestre à 4,2 milliards de dollars, plombé par une perte dans l'activité à fortes marges de production-exploration du pétrole aux États-Unis.

Publié le 31 juill. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

Ce résultat représente son plus faible bénéfice depuis 2009.

Au deuxième trimestre 2014, ExxonMobil avait dégagé un profit net de 8,78 milliards de dollars.

D'avril à juin, son bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, s'est établi à 1 dollar, contre 1,11 dollar attendu en moyenne par les analystes, a-t-il indiqué vendredi dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires, qui a plongé de 33,4 % sur un an à 74,11 milliards de dollars, est, lui, supérieur aux 72,48 milliards escomptés.

«Nos résultats trimestriels reflètent les impacts disparates de l'environnement actuel des prix des matières premières», a expliqué le PDG Rex Tillerson, cité dans le communiqué.

À Wall Street, le titre reculait de près de 2 % dans les échanges électroniques de préséance.

Les cours bas du pétrole se traduisent dans la performance de l'amont (production-exploration), traditionnelle locomotive des bénéfices du géant texan.

Le résultat net de cette division a été divisé par quasiment trois en un an à 2 milliards de dollars, contre 5,9 milliards au deuxième trimestre 2014, principalement en raison des États-Unis qui ont accusé une perte de 47 millions contre un profit de 1,2 milliard de dollars un an plus tôt.

Toutefois la production de pétrole et de gaz a augmenté de 3,6 % sur le trimestre à 4 millions de barils équivalent pétrole par jour, grâce à des puits canadiens, angolais et indonésiens.

Les activités de raffinage (aval) n'ont cette fois-ci pas permis à ExxonMobil de limiter les effets dévastateurs du pétrole bon marché. Le bénéfice dans le raffinage s'élève à 1,5 milliard de dollars contre 795 millions un an plus tôt.

Dans les activités chimiques, le bénéfice net est de 1,2 milliard millions de dollars contre 405 millions de dollars en 2014.

Pour faire face à la chute des prix du pétrole, ExxonMobil taille dans ses coûts et ses dépenses.

Il a ainsi fortement réduit ses investissements de 16 % sur un an sur le trimestre à 8,26 milliards de dollars.