Source ID:; App Source:

Saputo: difficile de planifier au Canada à cause du Partenariat transpacifique

Il est difficile pour Saputo (T.SAP) d'envisager des... (PHOTO ANNE GAUTHIER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ANNE GAUTHIER, ARCHIVES LA PRESSE

Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

Il est difficile pour Saputo (T.SAP) d'envisager des investissements majeurs dans ses infrastructures canadiennes tant et aussi longtemps qu'il y aura de l'incertitude dans les négociations entourant le Partenariat transpacifique.

«Le statu quo de ne pas savoir ce qui va arriver, c'est ce qui est le pire scénario», a expliqué le chef de la direction du plus important transformateur laitier au pays, Lino Saputo Jr, au cours d'une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du quatrième trimestre, jeudi. Ces résultats ont d'ailleurs été mal accueillis par les investisseurs qui ont fait chuter le cours de l'action à la Bourse de Toronto.

Peu importe l'issue des pourparlers entourant cet accord de libre-échange, M. Saputo Jr. estime que l'important est de savoir dans quel cadre l'industrie canadienne évoluera.

«Nous voulons seulement connaître les règles du jeu, a-t-il dit. Dans le contexte actuel, c'est difficile de planifier à long terme pour notre division canadienne.»

Alors que les négociations en vue du Partenariat transpacifique arrivent dans le dernier droit, le secteur agricole a fait part à maintes reprises de sa crainte de voir de nouvelles brèches ouvertes dans le système de gestion de l'offre.

Ce système - qui permet d'équilibrer l'offre et la demande dans les secteurs laitier et avicole (volaille et oeufs) - est contesté à chacune des négociations de commerce international par les autres pays.

M. Saputo Jr. ne s'est pas prononcé sur la pertinence de la gestion de l'offre, se contentant d'expliquer que le meilleur scénario pour l'entreprise serait d'avoir accès au marché mondial par le biais de sa plateforme canadienne.

«Nous possédons des connaissances approfondies de plusieurs marchés internationaux, a souligné le dirigeant de la société montréalaise. Nous sommes capables de transformer, distribuer et d'acheminer les produits aux consommateurs.»

La semaine dernière, l'Union des producteurs agricoles, flanquée du ministre québécois de l'Agriculture, Pierre Paradis, et des représentants de l'industrie agroalimentaire québécoise avaient encore une fois appelé Ottawa à préserver intégralement le système canadien de gestion de l'offre.

Outre le Canada, les États-Unis, le Mexique, l'Australie, le Chili, la Malaisie, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour, le Vietnam et le Brunei participent aux négociations.

Sous la cible, l'action recule

Pour le trimestre terminé le 31 mars dernier, Saputo a engrangé un bénéfice net de 157 millions $, ou 39 cents par action, en hausse de 31%, en plus de voir ses recettes progresser de 1,1%, à 2,5 milliards $.

Sur une base ajustée, en excluant les éléments non récurrents, son profit s'est établi à 127,2 millions $, ou 32 cents par action, par rapport à 154,5 millions $, ou 38 cents par action. Le bénéfice d'exploitation ajusté a totalisé 232 millions $, en baisse de 16,5%.

La majorité des analystes tablaient sur un profit ajusté par action de 40 cents ainsi que sur un bénéfice d'exploitation de 272 millions $. Saputo a toutefois atteint leur cible de 2,5 milliards $ en ce qui a trait aux revenus.

Cette performance trimestrielle a déçu les investisseurs, puisque peu après le dévoilement des résultats, le titre de Saputo a plongé de huit pour cent à la Bourse de Toronto, pour finalement clôturer à 32,55 $, en baisse de 4,71%, ou 1,61 $.

«Malgré une croissance, les résultats de l'exercice ont été en deçà de nos attentes», a concédé M. Saputo Jr.

Aux États-Unis - le plus important marché de la société -, le bénéfice d'exploitation a grimpé de neuf pour cent, à 141 millions $, principalement grâce aux volumes de ventes ainsi qu'aux prix de vente.

La situation a toutefois été différente du côté international, où il s'est établi à 8,7 millions $, en recul de 78%, en raison de la baisse des prix sur les marchés d'exportation, ce qui a eu une incidence négative en Argentine ainsi qu'en Australie.

Finalement, au Canada, un retard dans l'achèvement du nouveau centre de distribution de l'arrondissement montréalais de Saint-Laurent a fait bondir les coûts d'entreposage et de logistique. Cela a contribué à faire fléchir de plus de 24% le bénéfice d'exploitation, qui a été de 82,3 millions $.

«Le centre fonctionne bien, mais nous devons améliorer notre efficacité», a dit aux analystes le patron de Saputo.

Pour l'exercice, la société a dégagé un bénéfice net de 612,9 millions $, en hausse de 14,8%. Ses ventes ont quant à elles progressé de 15,4% pour s'établir à 10,65 milliards $.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer