Le plan de relance de Rona semble porter ses fruits

Rona est un distributeur et détaillant d'articles de... (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

Rona est un distributeur et détaillant d'articles de quincaillerie, de construction et de rénovation résidentielle au Canada. La compagnie compte un réseau de plus de 500 magasins corporatifs, franchisés et de marchands affiliés indépendants.

Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

L'ambitieux plan de redressement mis de l'avant depuis 2013 chez Rona (T.RON) semble finalement avoir porté ses fruits puisque la direction du quincaillier a l'intention de «relancer» l'expansion de son réseau dès l'an prochain.

«Nous sommes excités parce que nous parlons d'expansion ici, (mais) d'expansion disciplinée», a affirmé mardi le président et chef de la direction de la société, Robert Sawyer, au cours d'une conférence téléphonique destinée aux analystes.

Un magasin Rona fermé à Calgary il y a deux ans deviendra ainsi un Réno-Dépôt. Un autre sera ouvert à Aurora, en Ontario.

À Drummondville, un magasin Rona sera converti en Réno-Dépôt. Des succursales Rona verront également le jour à Halifax, en Nouvelle-Écosse, et en Colombie-Britannique, alors qu'un magasin affilié ouvrira également ses portes à Rockland, en Ontario.

«Nous analysons aussi d'autres occasions dans des régions où nous devons protéger et renforcer nos parts de marché», a expliqué M. Sawyer aux analystes.

Au Québec, la société a terminé le repositionnement de ses 16 Réno-Dépôt, où l'on promet qu'il y aura moins de ruptures de stock et que la marchandise sera vendue à un prix plus concurrentiel.

«Nous n'allons pas arriver dans ces marchés (en Ontario et en Alberta) et tenter de bousculer tout le monde, a dit le dirigeant de Rona. Nous pensons seulement qu'il y a de la place pour nous là-bas.»

L'arrivée de M. Sawyer à la tête de l'entreprise, en avril 2013, avait concordé avec la mise en oeuvre d'un important plan de redressement dont l'objectif principal était de réaliser des économies de 110 millions $.

Cela s'est notamment traduit par l'élimination de quelque 375 postes administratifs ainsi que la fermeture de 17 magasins considérés peu rentables en Ontario et en Colombie-Britannique.

«En raison de notre rentabilité et de notre bonne situation financière, nous sommes en position pour recommencer à prendre de l'expansion», a dit M. Sawyer.

Rona a fait part de ses intentions en dévoilant ses résultats du troisième trimestre, où elle a vu ses profits bondir de 27 % ainsi que ses ventes comparables progresser pour la première fois en quatre ans.

L'entreprise a ainsi engrangé un résultat net de 38 millions $, ou 32 cents par action, en hausse comparativement à 30 millions $, ou 25 cents par action, à la même période en 2013.

Ses revenus sont demeurés essentiellement stables à 1,17 milliard $, en baisse d'environ 2 millions $ par rapport au trimestre correspondant de l'exercice précédent, et ce, en dépit de la fermeture d'établissements peu performants.

Sur une base ajustée, le bénéfice de Rona s'est établi à 38,5 millions $, ou 33 cents par action, une progression de 28,4 % comparativement à 30 millions $, ou 25 cents par action, un an plus tôt.

La société a toutefois raté de peu la cible des analystes sondés par Thomson Reuters, qui s'attendaient à un profit ajusté de 34 cents par action pour la période de trois mois terminée le 28 septembre.

De leur côté, les ventes des magasins ouverts depuis au moins un an - un indicateur clé dans le secteur du commerce de détail - se sont accrues de deux % dans le secteur du détail et de 8,3 % dans le secteur de la distribution.

M. Sawyer a souligné aux analystes que l'achalandage en hausse ainsi que l'augmentation du montant des achats réalisés par les clients validaient la stratégie de redressement de la direction de Rona.

Cela n'a toutefois pas empêché Derek Dley, de Canaccord Genuity, de répéter sa recommandation de vendre le titre de Rona, auquel il accorde un cours-cible à 12 $, puisque le quincaillier a réduit sa marge brute pour stimuler ses ventes.

«La conversion des bannières Totem dans l'Ouest canadien et le repositionnement des magasins Réno-Dépôt au Québec ont eu un impact positif, écrit l'analyste dans un rapport. Toutefois, en raison de la concurrence, l'entreprise a décidé de réduire sa marge brute.»

Rona a vu sa marge brute fléchir de 0,2 % pour s'établir à 25,2 % au troisième trimestre.

De son côté, son bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement a grimpé pour atteindre 83,8 millions $ grâce à des marges de 7,2 %, par rapport à 70,7 millions $, avec une marge de 6,1 %, à la même période en 2013.

Rona compte un réseau de plus de 500 magasins corporatifs, franchisés et de marchands affiliés indépendants.

En fin de matinée, à la Bourse de Toronto, le titre de la société a clôturé en hausse de 19 cents, ou 1,39 %, à 13,85 $.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer