Source ID:; App Source:

Si c'était à refaire, Target procéderait autrement sur le marché canadien

Si Target (TGT) avait la possibilité de refaire son lancement... (Photo Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Photo Martin Chamberland, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Nguyen
La Presse Canadienne
TORONTO

Si Target (TGT) avait la possibilité de refaire son lancement au Canada, il ne débuterait qu'avec une poignée de magasins au lieu de la centaine d'établissements ouverts l'an dernier malgré l'accueil mitigé leur ayant été réservé, a affirmé mercredi le géant américain de la vente au détail.

Néanmoins, le directeur des finances de Target, John Mulligan, a indiqué que le détaillant n'entendait pas dévier de son objectif, consistant à compter 133 magasins au Canada d'ici à la fin de l'année et 150 avant 2017.

«Nous avons pris une trop grande bouchée trop tôt», a-t-il déclaré lors d'une conférence téléphonique avec des analystes.

«En y repensant, (nous aurions) probablement ouvert entre cinq et dix magasins l'an dernier - mis au point les activités, mis au point la chaîne d'approvisionnement, formé les équipes de nos magasins. Mais il s'agit d'un jugement après coup, nous en sommes maintenant là et nous nous concentrons à corriger la situation», a ajouté M. Mulligan.

Le détaillant cherche à regagner la confiance des consommateurs à la suite d'un sérieux cas de violation de données électroniques aux États-Unis et après son lancement raté au Canada.

Des consommateurs se sont plaints des prix en vigueur dans les magasins canadiens - plus élevés qu'aux États-Unis -, de rayons vides et de la pauvreté des gammes de produits.

M. Mulligan a indiqué que le détaillant avait sous-estimé les concurrents déjà établis au Canada.

«Comme nous l'avons dit depuis longtemps, même avant de venir ici, il y a un grand nombre de très bons détaillants sur le marché canadien, et ils fonctionnent très bien», a-t-il dit.

Target affirme être à l'écoute des consommateurs et avoir établi une stratégie afin d'améliorer sa façon de faire les choses.

Par ailleurs, le détaillant de Minneapolis, au Minnesota, a annoncé mercredi avoir enregistré au deuxième trimestre un bénéfice net de 234 millions $ US, ou 37 cents US par action, en baisse de 61 % par rapport à celui de 611 millions $ US, ou 95 cents US par action, réalisé lors de la même période il y a un an.

Les revenus du troisième détaillant en importance aux États-Unis ont augmenté de 1,7 % au cours de la période de trois mois terminée le 2 août, à 17,4 milliards $ US, soit un résultat légèrement supérieur à celui de 17,38 milliards $ US prévu par les analystes consultés par FactSet.

Les revenus des magasins ouverts depuis au moins un an sont demeurés inchangés.

Abstraction des dépenses ayant découlé de l'affaire de vol de données, l'entreprise a réalisé un bénéfice net ajusté de 78 cents US par action, ce qui constitue un résultat en phase avec l'estimation revue à la baisse faite par Target plus tôt au cours du mois. Les analystes s'attendaient à un bénéfice net ajusté de 79 cents US par action.

Les ventes de la division canadienne de Target ont augmenté de 63 % au deuxième trimestre, à 449 millions $ US, comparativement à 275 millions $ US un an plus tôt. Cette hausse s'explique en partie par l'ouverture de nouveaux magasins.

Les ventes des magasins canadiens ouverts depuis au moins un an ont chuté de 11,4 %.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer