Source ID:; App Source:

Rona continue de remonter

Depuis un an, l'action de Rona a oscillé... (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

Depuis un an, l'action de Rona a oscillé entre 9 et 13 $.

Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

(Montréal) Alors qu'il poursuit ses efforts de redressement, le quincaillier Rona (T.RON) est parvenu à dégager une rentabilité bien meilleure qu'anticipé durant le trimestre terminé le 29 juin.

Cette embellie s'est produite alors que Rona a encore subi une baisse de 0,7% des ventes dans l'ensemble des magasins comparables sur un an, quoiqu'à un rythme beaucoup moins prononcé que lors des trimestres précédents.

De plus, pour la première fois en quatre ans, les ventes des magasins comparables propriété de Rona - surtout les grandes surfaces distinctes des quincailleries franchisées - sont revenues en terrain de croissance.

«Nous sommes satisfaits des progrès réalisés depuis le début de l'année et nous sommes confiants pour les prochains mois», a admis d'emblée Robert Sawyer, président et chef de la direction de Rona, lors de la téléconférence avec des analystes.

En Bourse aussi, les investisseurs en actions de Rona ont manifesté leur satisfaction, poussant leur prix à la hausse de plus de 2% pour une deuxième séance consécutive.

En fait, avec leur gain de plus de 3% hier pour clôturer à 12,77$, les actions de Rona ont connu leur meilleure séquence de regain boursier depuis le début de l'année. Il s'agit d'un rattrapage bienvenu pour ses actionnaires qui, jusqu'à récemment, peinaient avec un rendement négatif de 12% de leur placement durant les 6 premiers mois de 2014.

«Les progrès enregistrés à ce jour, dans le cadre de notre plan d'affaires, valident nos initiatives axées sur l'amélioration de l'efficacité et le redressement d'unités d'affaires sous-performantes», a indiqué Robert Sawyer dans l'annonce des résultats.

«Dans un marché toujours en ralentissement dans certaines régions du pays, dont le Québec, et hautement concurrentiel, nous demeurerons vigilants afin de poursuivre la réduction de nos coûts d'exploitation tout en favorisant l'augmentation de nos parts de marché par l'amélioration de nos différentes bannières.»

Le président et chef de la direction de Rona a cité en exemple le repositionnement des magasins TOTEM, dans l'Ouest canadien, et des 16 Réno-Dépôt au Québec, une enseigne que Rona envisage d'amener au Canada, hors Québec, à compter de l'an prochain.

C'est aussi en 2015 que Rona prévoit pouvoir relancer ses investissements en expansion et en modernisation de son vaste réseau de points de vente, après plusieurs trimestres passés à délester des actifs et certaines activités de gestion qui étaient trop peu productifs.

Comme exemple de projet de croissance, Robert Sawyer a rappelé l'entente commerciale conclue récemment avec la grande coopérative américaine de la quincaillerie, ACE Hardware, pour la prise en charge et l'expansion de son réseau de détaillants licenciés au Canada.

Des changements à venir

Dans l'immédiat, toutefois, Rona a encore quelques vis à resserrer pour compléter son plan de relance et retrouver le niveau de performance auquel s'attendent ses actionnaires, notamment.

Par exemple, lors du trimestre terminé le 29 juin, le chiffre d'affaires total de Rona a encore fléchi de 4,4%, à 1,19 milliard, par rapport à la période correspondante en 2013.

Les dirigeants de Rona ont attribué cette baisse à la fermeture de grands magasins sous-performants, au printemps tardif au Québec et en Ontario qui a nui aux ventes de matériaux de construction en début de trimestre, ainsi qu'à un recul des mises en chantier au Québec.

De l'avis de l'analyste Derek Dley, spécialiste des détaillants chez Canaccord Genuity, le ralentissement du marché de la rénovation et de la décoration domiciliaires ainsi que la retenue manifestée par les consommateurs canadiens devaient défier encore les revenus de Rona «lors des prochains trimestres».

Au deuxième trimestre 2014, néanmoins, Rona a pu bénéficier de la baisse encore significative de certains frais d'exploitation. Il en a résulté un rebond presque spectaculaire de son bénéfice d'exploitation à 88 millions, ainsi qu'un revirement du résultat net d'une perte de 38 millions au deuxième trimestre de 2013 à un profit de 42 millions cette année.

Pour l'analyste Irene Nattel, spécialiste des détaillants chez RBC Marchés des Capitaux, le plan de réduction des coûts de 110 millions mis de l'avant l'an dernier par la direction de Rona semble faire ses preuves.

«Les résultats du deuxième trimestre démontrent que la direction fait un bon travail afin de réduire ses dépenses, mais le contexte économique actuel semble quelque peu freiner l'élan», a indiqué l'analyste.

Dans le cadre de sa restructuration, Rona a éliminé quelque 375 postes administratifs, en plus de fermer 11 magasins considérés comme peu rentables en Ontario et en Colombie-Britannique.

---------------

RONA EN CHIFFRES

(au 29 juin 2014)

DURANT LE DEUXIÈME TRIMESTRE 2014

Revenus: 1,19 milliard (- 4,4% en un an)

Bénéfice d'exploitation (BAIIA): 88,2 millions (+ 44 000%)

Bénéfice net: 42 millions (perte de 38,7 millions en 2013)

Ventes des magasins comparables: - 0,7% en un an

DEPUIS LE DÉBUT DE 2014 (SIX MOIS):

Revenus: 1,95 milliard (- 6% en un an)

Bénéfice d'exploitation (BAIIA): 96,1 millions (perte de 21,5 millions en 2013)

Bénéfice net: 25,4 millions (perte de 74,8 millions en 2013)

Ventes des magasins comparables: - 1,7% en un an

Rendement total des actions en Bourse (prix et dividende): - 12% (au 29 juin)

Sources: Rona, Bloomberg




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer