Le chimiste américain Dow Chemical (DOW) a enregistré une forte hausse de son bénéfice net au premier trimestre à 964 millions de dollars, contre 550 millions un an plus tôt, grâce à des efforts de productivité et de réduction de coûts.

Publié le 23 avr. 2014
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le résultat ajusté par action, qui fait référence aux États-Unis, s'établit à 79 cents soit 14% de mieux que les 69 cents du premier trimestre de l'an dernier. C'est un niveau bien supérieur aux prévisions des analystes qui tablaient en moyenne sur 71 cents.

Le chiffre d'affaires du groupe a atteint 14,5 milliards de dollars, en hausse de 1% sur un an, alors que les analystes attentaient 14,72 milliards en moyenne.

«Nous avons amélioré nos marges dans toutes nos branches stratégiques opérationnelles, en dépit d'une succession de problèmes climatiques et de circulation en Amérique du nord», a commenté Andrew Liveris, PDG du groupe, cité dans un communiqué.

Il a précisé que la stratégie de Dow Chemical fonctionnait désormais «à plein régime dans une économie mondiale de faible croissance persistante et malgré un surcoût de 300 millions de dollars en hydrocarbures».

Il a souligné que le groupe avait augmenté son flux de liquidités de près de 30% sur un an, reflétant les actions menées pour améliorer sa productivité, l'efficacité du rendement des capitaux et réduire les coûts.

Le résultat opérationnel est ressorti à 2,4 milliards de dollars, contre 2,3 milliards un an plus tôt, et la marge opérationnelle ajustée s'est améliorée de plus de 60 points de base à 16,6%.

Le groupe s'attend à ce que l'environnement de croissance faible et de volatilité perdure dans les prochains mois «mais nous restons déterminés à atteindre nos objectifs de résultats à court et moyen terme», a relevé M. Liveris.

Dow Chemical entend ainsi «monétiser» ses actifs non stratégiques et engranger ainsi entre 4,5 et 6 milliards de dollars d'ici fin 2015 grâce à des cessions. Dans le même temps, il compte achever son programme de rachat de ses propres actions de 4,5 milliards d'ici la fin de cette année.

Sur le seul premier trimestre, le chimiste a restitué 1,7 milliard de dollars à ses actionnaires sous la forme de dividendes et de rachat d'actions.

Côté activités, le groupe a précisé que sa branche de Plastiques de performance avait de nouveau tiré les ventes grâce à des prix en hausse. Le chiffre d'affaires a progressé de 3% à 3,6 milliards (+6% à périmètre comparable) tandis que le résultat opérationnel s'est amélioré de 5% à 1 milliard.

La division agriculture a réalisé des ventes record pour un premier trimestre à 2,1 milliards (+1%).

Les ventes d'herbicide (+4%) ont en effet augmenté dans la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique), profitant de conditions climatiques favorables en Europe qui ont permis de débuter plus tôt que d'habitude la saison de traitement des cultures céréalières. Mais les ventes de semences ont cédé 7% à cause de l'Amérique latine et de l'Amérique du Nord.

Des volumes supérieurs au marché ont permis à l'activité Peinture et solutions pour infrastructures d'enregistrer une hausse de 5% de son chiffre d'affaires à 1,7 milliard. Le résultat opérationnel a atteint 224 millions, contre 186 millions un an plus tôt.

Les ventes dans les pays émergents ont augmenté de 3%, profitant d'un essor de 7% en Chine. En Amérique du Nord, la hausse des prix a eu des effets limités du fait de la baisse des volumes liée à des intempéries, et en Europe de l'Ouest le chiffre d'affaires a profité d'une hausse des volumes de 2%.

La division matières premières et énergie a vu ses ventes fondre de 4% à 2,5 milliards du fait notamment du prix de la soude caustique.

Les dépenses de R&D ont décru de 10% sur un an, le groupe préférant concentrer ses ressources sur des segments de marché à forte croissance. Les frais généraux ont pesé 1% de plus qu'au premier trimestre 2013 à 779 millions.