Un nombre croissant de compagnies aériennes ont décidé de garder au sol les modèles du nouvel avion de Boeing, impliqué dans la catastrophe d'Ethiopian Airlines.

ASSOCIATED PRESS

Certaines compagnies aériennes ont fait état de clients inquiets pour expliquer leur décision de maintenir au sol les Boeing 737-8 MAX, au moment où les experts cherchent à connaître les raisons de la chute de l'avion peu après le décollage dimanche, tuant les 157 passagers à bord. Il faudra peut-être attendre des mois avant d'obtenir des réponses.

Les autorités britanniques ont annoncé mardi avoir ordonné le maintien au sol du modèle de Boeing impliqué dans l'accident de dimanche.

L'Autorité britannique de l'aviation civile a déclaré par communiqué qu'elle surveillait la situation et qu'elle avait, par mesure de précaution, « donné l'ordre de suspendre tout vol de passagers (de Boeing 737-8 MAX) de toute compagnie aérienne à destination ou en provenance du Royaume-Uni et dans l'espace aérien du Royaume-Uni ».

Cinq de ce type d'appareil sont enregistrés et en fonction au Royaume-Uni et un sixième devait s'y ajouter plus tard cette semaine.

Le transporteur Norwegian Air Shuttle a également décidé de garder ses Boeing 737-8 MAX au sol, sur la recommandation d'autorités européennes, a-t-il annoncé. L'entreprise possède 18 de ces appareils.

La compagnie sud-coréenne Eastar Jet avait pris la même décision, un peu plus tôt. L'Australie et Singapour ont suspendu tous les vols de cet appareil à destination ou en provenance de leur pays.

L'Administration de l'aviation civile, en Chine, avait déjà ordonné après l'écrasement à toutes les compagnies aériennes du pays de suspendre les vols des Boeing 737-8 MAX pour une période de neuf heures.

Lundi, l'Indonésie avait de son côté annoncé que tous les avions Boeing 737-8 MAX seraient maintenus au sol pour que des inspections soient faites.

Boeing a toutefois déclaré qu'elle n'avait aucune raison de retirer les avions populaires du ciel et qu'elle n'avait pas l'intention de présenter de nouvelles recommandations concernant ses appareils. Son équipe technique a rejoint les experts américains, israéliens et autres dans l'enquête menée par les autorités éthiopiennes.

Aux États-Unis, la Federal Aviation Administration a dit s'attendre à ce que Boeing apporte sous peu des améliorations à un système anti-décrochage automatisé soupçonné d'avoir contribué à l'accident mortel d'un autre Boeing 737-8 MAX en octobre.

Les experts en matière de sécurité ont mis en garde contre les comparaisons trop précoces avec l'écrasement de l'appareil de Lion Air, qui avait coûté la vie à 189 personnes en Indonésie.

L'avion d'Ethiopian Airlines s'est écrasé par temps clair six minutes après son départ pour Nairobi.

Il faudra cinq jours avant que la totalité des victimes ne soient identifiées, a déclaré à l'Associated Press le porte-parole d'Ethiopian Airlines, Asrat Begashaw. Les morts venaient de 35 pays - dont le Canada.

L'écrasement d'un Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines près d'Addis Abeba dimanche, quatre mois après un accident similaire d'un appareil de Lion Air en Indonésie, a conduit plusieurs pays et compagnies aériennes à clouer au sol ou bannir de leur espace aérien ce modèle de moyen-courrier, bien que Boeing ait affirmé n'avoir « aucune raison de donner de nouvelles directives aux opérateurs » aériens.

Les pays qui interdisent leur espace aérien

Les Pays-Bas

Les Pays-Bas, où se situe le hub international d'Amsterdam-Schiphol, « ont décidé de fermer leur espace aérien aux Boeing 737 MAX », a déclaré à l'AFP Roel Vincken, porte-parole du ministère, à l'instar d'autres pays européens, dont la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne.

L'Italie

L'Italie va interdire à partir de 16 h son espace aérien aux Boeing 737 MAX, a annoncé l'autorité nationale pour l'aviation civile (ENAC). « Étant donné [...] l'absence d'informations sûres concernant la dynamique de l'accident d'Ethiopian Airlines [...] et du précédent accident en octobre en Indonésie, l'ENAC ordonne à titre de précaution la fermeture de l'espace aérien italien à tous les vols effectués avec ce type d'appareils», indique un communiqué.

L'Autriche

L'espace aérien autrichien a été fermé aux Boeing 737 MAX « jusqu'à nouvel ordre », a annoncé mardi le ministère autrichien des Transports. « Afin de protéger les passagers, pilotes et membres d'équipage, j'ai décidé sur la base des éléments actuellement disponibles l'interdiction de survol de l'espace aérien autrichien » aux Boeing 737 MAX, a indiqué dans un communiqué le ministre des Transports Nobert Hofer.

L'Irlande

L'espace aérien irlandais est désormais fermé aux Boeing 737 MAX par « mesure de précaution », a annoncé l'autorité de l'aviation civile irlandaise (IAA). « L'IAA a décidé de suspendre temporairement les opérations de toutes les variantes de Boeing 737 MAX à l'entrée ou à la sortie de l'espace aérien irlandais, au regard de deux accidents mortels impliquant cet avion ces derniers mois », a expliqué l'autorité dans un communiqué.

La France

La France a décidé d'interdire les Boeing 737 MAX dans son espace aérien, a annoncé la Direction générale de l'Aviation civile (DGAC). « Compte tenu des circonstances de l'accident en Éthiopie, les autorités françaises ont pris la décision, à titre conservatoire, d'interdire tout vol commercial effectué sur un Boeing 737 MAX à destination, au départ ou survolant le territoire français », a indiqué la DGAC dans un communiqué.

L'Allemagne

L'Allemagne ferme son espace aérien aux Boeing 737 Max 8, a annoncé le ministre des Transports Andreas Scheuer à la chaîne n-tv. « La sécurité passe avant tout. Jusqu'à ce que tous les doutes soient écartés, j'ai ordonné que l'espace aérien allemand soit fermé pour les Boeing 737 Max dès maintenant », a expliqué le ministre. 

Le Royaume-Uni

L'Autorité britannique de l'aviation civile a donné « les instructions d'arrêter tous les vols commerciaux de passagers de toute compagnie (exploitant des Boeing 737 MAX) partant ou arrivant au Royaume-Uni ou survolant l'espace aérien ».

L'Australie

L'aviation civile australienne a interdit tous les Boeing 737 MAX dans son espace aérien avec effet immédiat. Aucune compagnie australienne n'exploite le Boeing 737 MAX mais deux transporteurs étrangers desservent l'Australie avec ces types d'appareils, SilkAir, filiale régionale de Singapore Airlines qui exploite six appareils, et Fiji Airways.

Singapour

Le régulateur de l'aviation civile de l'île-État a annoncé « suspendre temporairement » à partir de mardi « les opérations de toutes les variantes des appareils Boeing 737 MAX à destination et au départ de Singapour au vu de deux accidents mortels impliquant des 737 MAX en moins de cinq mois ».

Les compagnies concernées par cette mesure sont SilkAir, ainsi que China Southern Airlines, Garuda Indonesia, Shandong Airlines et Thai Lion Air, qui desservent également Singapour en Boeing 737 MAX.

La Malaisie

L'Autorité de l'aviation civile a suspendu mardi « avec effet immédiat les opérations des appareils Boeing 737 MAX 8 volant vers ou depuis la Malaisie, ou faisant escale en Malaisie ». Aucune compagnie malaisienne n'exploite ce type d'appareil à l'heure actuelle, mais le gouvernement a ordonné de réexaminer le projet d'achat de Malaysia Airlines, qui a commandé plusieurs exemplaires de Boeing 737 MAX.

Oman

Le régulateur aérien d'Oman a annoncé mardi suspendre « temporairement et jusqu'à nouvel ordre les opérations de l'avion Boeing 737 MAX de et à destination de tous les aéroports omanais ». La compagnie nationale Oman Air dispose de cinq Boeing MAX dans sa flotte de 53 appareils, selon son site internet.

Les pays qui suspendent les vols

La Chine

Le Bureau chinois de l'aviation civile a demandé aux compagnies aériennes nationales de suspendre les vols de leurs Boeing 737 Max 8 jusqu'à confirmation par les autorités américaines et Boeing des « mesures prises pour garantir avec efficacité la sécurité des vols ».

Un total de 76 Boeing de la famille 737 MAX ont été livrés à une dizaine de compagnies aériennes chinoises, dont Air China, Hainan Airlines et Shanghai Airlines, selon des informations publiées en janvier sur le site internet du constructeur américain.

L'Indonésie

L'Indonésie, dont la compagnie Lion Air a perdu un Boeing 737 max 8 le 29 octobre 2018 avec 189 personnes à son bord, a décidé lundi d'immobiliser sa flotte de Boeing 737 MAX 8 au lendemain de l'écrasement de l'appareil d'Ethiopian Airlines.

Dix Boeing 737 Max 8 sont exploités par la compagnie indonésienne à bas prix Lion Air et un autre par la compagnie nationale Garuda.

La Corée du Sud

Le ministère sud-coréen des Transports a annoncé l'immobilisation des deux appareils de la compagnie locale à bas prix Eastar Jet dans l'attente des résultats d'une inspection.

La Mongolie

L'autorité de l'aviation civile mongole a ordonné au transporteur national Mongolian Airlines de clouer au sol l'unique 737 MAX 8 de sa flotte.

Les compagnies qui immobilisent leurs avions

Turkish Airlines a annoncé mardi la suspension à partir de mercredi des vols de ses 12  Boeing 737 MAX, « jusqu'à ce que l'incertitude entourant la sécurité pendant le vol des appareils 737 MAX soit éclaircie, nous retirons à compter du 13 mars les appareils (de ce modèle) de nos vols commerciaux », a déclaré le patron de la compagnie Turkish Airlines, Bilal Eksi, sur son compte Twitter.

Icelandair a « décidé de suspendre provisoirement et jusqu'à nouvel ordre les opérations de ses trois Boeing 737 MAX 8 », indique un communiqué du transporteur. Sur la foi de « ses protocoles de sécurité draconiens » et « de la formation de ses équipages », Icelandair reste toutefois « confiante dans la sécurité des Boeing 737 MAX 8 », ajoute-t-il.

La compagnie aérienne germano-britannique Tuifly a annoncé mardi qu'elle clouait au sol les 15 modèles Boeing 737 MAX 8. « Nous avons décidé de clouer au sol tous les Boeing 737 MAX 8 de notre flotte », a indiqué un porte-parole de Tuifly à l'AFP, précisant que l'entreprise était en situation d'« échange intensif » avec les autorités.

Ethiopian Airlines, à la suite de l'accident subi par un de ses avions dimanche, a cloué au sol toute sa flotte de Boeing 737 MAX jusqu'à nouvel ordre. La compagnie éthiopienne dispose de quatre appareils et a passé commande de 29 autres.

Gol (Brésil, 7 avions), Aeromexico (Mexique, 6 avions), Comair (Afrique du Sud, 1 avion) et Cayman Airways (Iles Caïmans, 2 avions) ont immobilisé leurs Boeing 737 MAX 8.

La compagnie aérienne argentine Aerolineas Argentinas a décidé la « suspension temporaire de l'exploitation commerciale » de ses cinq Boeing 737 MAX 8.

La compagnie norvégienne Norwegian Air Shuttle a choisi mardi « de ne pas opérer de vols » avec ses 18 Boeing 737 MAX, jusqu'à ce que les autorités aériennes concernées fournissent d'autres indications.

Ceux qui continuent l'exploitation

Aux États-Unis, l'Agence fédérale de l'aviation (FAA) a déclaré mardi à l'AFP être « impliquée dans l'enquête » et être prête à prendre « les décisions sur les suites à donner en fonction des éléments récoltés », sans décider de clouer au sol les 737 MAX 8. La FAA a néanmoins demandé à Boeing d'effectuer des changements « au plus tard en avril » sur des logiciels et sur le système de contrôle MCAS conçus pour éviter les décrochages.

En Inde, les autorités ont imposé des mesures de sécurité supplémentaires aux équipes de maintenance au sol et aux équipages des avions. Deux compagnies indiennes exploitent l'appareil : Spicejet (12 avions) et Jet Airways (5), cette dernière, en difficulté financière, assurant qu'aucun de ses Boeing 737 MAX n'est actuellement opérationnel.

Les compagnies américaines Southwest (34 appareils) et American Airlines (24) ont fait savoir que les vols de leurs Boeing 737 MAX se poursuivaient pour le moment, de même que Turkish Airlines (11), l'italienne Air Italy (3), l'islandaise Icelandair (3) et la russe S7 (2).

Au Canada, Air Canada (24 appareils) et Westjet (13) n'ont pas annoncé qu'elles interrompaient les vols, tout comme flydubai (10), la polonaise LOT (six appareils) ou encore la compagnie à bas prix TUIfly (13).

- Avec l'Agence France-Presse