Source ID:; App Source:

Couillard invite Bombardier à amener plus de travail à La Pocatière

Le premier ministre Philippe Couillard et sa femme... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard et sa femme Suzanne Pilote ont visité l'usine de Bombardier Transport à La Pocatière mercredi.

Photo La Presse Canadienne

Julien Arsenault
La Presse Canadienne
La Pocatière

Alors que Québec est prêt à confirmer l'entente pour l'achat de nouvelles voitures destinées au métro de Montréal pour sauver des emplois chez Bombardier Transport à La Pocatière, le chef libéral Philippe Couillard invite l'entreprise à amener plus de travail à son usine du Bas-Saint-Laurent.

«Ils (Bombardier) ont des contrats partout dans le monde. Il est certainement possible d'en déplacer vers La Pocatière», a-t-il dit à Rivière-du-Loup, mercredi, avant de visiter l'usine de la multinationale à La Pocatière.

À sa sortie des installations, M. Couillard a concédé que l'État ne «peut pas inventer d'autres contrats» dans le but de maintenir des postes.

Le chef du Parti libéral du Québec (PLQ) était venu à la rencontre de certains des quelque 600 travailleurs des installations de Bombardier pour leur dire qu'il était prêt à annoncer l'entente permettant à la Société de transport de Montréal (STM) d'acquérir 153 nouvelles voitures de métro Azur.

Un tel contrat permettrait au constructeur de matériel roulant d'éviter de mettre à pied jusqu'à 250 personnes d'ici la fin décembre puisque le travail découlant du contrat décroché pour le métro de Montréal en 2010 arrive à sa fin.

«La seule chose que l'on veut voir, c'est si le (gouvernement) fédéral veut embarquer avec nous autres, a dit M. Couillard. On leur offre de participer au projet. S'ils disent qu'ils ne veulent pas, on va le commencer seuls.»

Selon le chef du PLQ et premier ministre, ce contrat ne serait plus admissible à une éventuelle aide du fédéral si les ententes étaient finalisées avant une décision d'Ottawa.

M. Couillard a dit qu'il donnait encore «quelques jours» au gouvernement Trudeau pour se décider, laissant entendre que la campagne électorale ne constituerait pas un obstacle à une annonce de contrat.

«Ce sont des propos rassurants, a dit le président du syndicat des employés de Bombardier à La Pocatière, Mario Guignard, en mêlée de presse. À chaque fois que M. Couillard s'est compromis, tout s'est passé comme prévu.»

Le 20 août dernier, le conseil municipal de Montréal a autorisé un règlement d'emprunt de 580 millions $ en lien avec ce projet. De nouvelles voitures permettraient d'accélérer le remplacement des voitures de métro MR-73.

De nombreuses questions entourent l'avenir de l'usine de La Pocatière depuis que Bombardier Transport a échappé le contrat de construction du matériel roulant du Réseau express métropolitain de la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui ne contenait aucune exigence de contenu local.

Depuis le printemps, Bombardier a été en mesure de limiter les impacts sur sa main-d'oeuvre puisque l'usine de La Pocatière contribue à des contrats pour les villes d'Edmonton et Toronto. Ces travailleurs modernisent également 17 voitures de train appartenant à Via Rail.

L'entreprise est également en lice pour un contrat de Via Rail concernant 32 nouveaux trains bidirectionnels.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer