Du biocarburant québécois dans un vol entre Los Angeles et Melbourne

Le vol de dimanche marquera le début d'un... (PHOTO TIM WIMBORNE, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le vol de dimanche marquera le début d'un partenariat entre Qantas et Agrisoma annoncé en novembre dernier.

PHOTO TIM WIMBORNE, ARCHIVES REUTERS

Sans le savoir, les passagers du vol QF96 du transporteur australien Qantas qui quitteront Los Angeles dimanche soir prochain à destination de Melbourne feront partie d'un moment historique : ils seront à bord du premier vol transpacifique alimenté en partie par du biocarburant. Et c'est Agrisoma, de Gatineau, qui aura généré ce carburant.

Le Boeing 787 Dreamliner de Quantas devrait embarquer environ 24 000 kilos de biocarburant, ou environ 10 % de son réservoir. Ce biocarburant a été produit à partir de moutarde carinata, et plus précisément à partir d'une semence développée par Agrisoma.

« C'est une semence sans OGM, qui n'entre pas en concurrence avec la nourriture », explique Andrée-Lise Méthot, fondatrice de Cycle Capital, l'un des principaux investisseurs d'Agrisoma.

L'un des principaux reproches envers les biocarburants est que la culture qui les sous-tend, celle du maïs dans le cas de l'éthanol par exemple, se fait aux dépens de l'alimentation. Ce n'est pas le cas de la carinata, qui peut être cultivée dans des périodes de l'année et à des endroits où il est impossible de produire des aliments.

« La carinata pousse quand rien d'autre ne pousse », résume Mme Méthot.

Une fois moulus pour en extraire l'huile qui sera transformée en biocarburant, ses résidus peuvent alimenter les bovins.

Au total, un vol qui serait alimenté à 100 % par du biocarburant pourrait n'émettre aucun gaz à effet de serre, fait valoir la femme d'affaires. Sa combustion elle-même en émet environ 70 % de moins que du carburant régulier. La captation de monoxyde de carbone réalisée par la plante durant sa croissance et son effet protecteur sur les terres comblent l'écart.

Le vol de dimanche marquera le début d'un partenariat entre Qantas et Agrisoma annoncé en novembre dernier. L'objectif est de développer une première récolte de biocarburant australien en 2020. Fait à noter, Agrisoma ne fait que fournir les semences, ce sont des fermiers australiens qui vont les cultiver.

« Qantas et Agrisoma sont comme les deux couvertures d'un même livre, avec plusieurs autres intervenants entre les deux », décrit le président d'Agrisoma, Steve Fabijanski.

Pour le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles du Québec, Pierre Moreau, le succès de la jeune entreprise québécoise « est un exemple très concret » des bénéfices possibles de la politique de transformation énergétique de son gouvernement.

Le gouvernement du Québec a investi dans Agrisoma au travers de Cycle Capital, dont il est l'un des fournisseurs de fonds.

« Ce premier vol transpacifique est l'ouverture d'une porte qui va révolutionner l'aéronautique », estime-t-il, en rappelant que ce secteur est un très important émetteur de gaz à effets de serre. Les semences d'Agrisoma ont aussi déjà été utilisées pour produire du carburant pour les camions. Le transport lourd « est le secteur où on peut aller chercher des gains le plus rapidement », indique M. Moreau.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer