Source ID:; App Source:

Le CS300 s'envole

Le CS300 est le plus gros membre de... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Le CS300 est le plus gros membre de la famille CSeries. Il peut transporter de 130 à 135 passagers, et même jusqu'à 160 dans une configuration à haute densité.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Le CS300, le plus gros appareil jamais construit par Bombardier, a pris son envol pour la première fois vendredi matin.

Le plus gros membre de la famille CSeries a décollé de Mirabel devant des dizaines de journalistes et d'invités.

Le nouveau président et chef de la direction de Bombardier, Alain Bellemare, a affirmé que cet événement allait donner un nouvel essor au programme de la CSeries.

«Chaque fois qu'il y a des jalons comme ça, ça donne confiance aux clients et aux investisseurs, a-t-il déclaré aux journalistes quelques minutes avant le décollage. Ils réalisent que le programme continue à progresser dans la bonne direction.»

Il a noté que les négociations avec les clients s'effectuaient sur une longue période de temps.

«Les gens n'attendent pas nécessairement le vol de l'appareil en soi pour signer un contrat, mais c'est clair qu'avec le vol du CS300 aujourd'hui, ça va nous permettre d'accélérer des discussions avec des clients potentiels», a déclaré M. Bellemare.

Le CS300 peut transporter de 130 à 135 passagers. Sa version haute densité peut transporter jusqu'à 160 passagers.

Le CS100, qui peut transporter de 108 à 110 passagers, avait effectué son premier vol le 16 septembre 2013. Les quatre avions d'essais CS100 ont effectué jusqu'ici plus de 1000 heures de vol. L'appareil CS300 se joint maintenant à cette équipe. D'ailleurs, le premier vol devrait durer plusieurs heures pour permettre à l'équipe de Bombardier de tester divers systèmes à des vitesses différentes et à diverses altitudes.

Le CS300 devait effectuer son vol inaugural jeudi, mais des vents violents mercredi ont retardé les divers préparatifs. Ce n'est que tôt vendredi matin que Bombardier (T.BBD.B) a été en mesure de confirmer la tenue du vol inaugural.

M. Bellemare a reconnu que le programme de CSeries avait connu sa part de défi. Il y a eu des délais importants et des dépassements de coûts.

«C'est un exemple complexe avec beaucoup de technologie, a-t-il déclaré. Des dépassements de coûts, ça arrive avec des programmes de cette envergure. Nous avons fait beaucoup de progrès, nous sommes dans la phase de certification. En ce qui a trait aux risques, il y a une réduction significative. Bientôt les clients verront les bénéfices.»




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer