Source ID:38847; App Source:cedromItem

La CSeries pourrait remonter le moral de Bombardier

Si tout va comme prévu, la CSeries de Bombardier devrait... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Si tout va comme prévu, la CSeries de Bombardier devrait entrer en service au cours du deuxième semestre.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Le CS300, le plus gros avion de la famille CSeries et le plus gros appareil jamais construit par Bombardier, devrait bientôt effectuer son vol inaugural à Mirabel.

Il s'agira d'un jalon important pour le programme CSeries. Il s'agira également d'une rare bonne nouvelle pour l'entreprise, qui divulguera ses résultats pour l'exercice 2014 jeudi.

Il y a quelques semaines, Bombardier a révisé à la baisse ses prévisions pour l'exercice 2014: une marge du bénéfice avant impôts, intérêts et éléments extraordinaires de 4% plutôt que 5% pour la division aéronautique, une marge de 5% plutôt que 6% pour la division ferroviaire.

Du même souffle, Bombardier a annoncé qu'elle suspendait le programme d'avion d'affaires Learjet 85, un appareil construit en grande partie avec des matériaux composites qui a effectué son vol inaugural le 9 avril dernier.

Cette décision forcera Bombardier à inscrire une charge spéciale d'environ 1,4 milliard US au quatrième trimestre et à réduire ses effectifs d'environ 1000 employés en 2015. L'entreprise réalisera ces mises à pied essentiellement à Querétaro, au Mexique, et à Wichita, aux États-Unis.

La décision a également amené les analystes à s'interroger au sujet des liquidités de Bombardier. L'action a plongé de 26% en quelques heures.

Un incident inopportun

Le programme Learjet 85, un tout nouvel appareil, a connu son lot de difficultés. Ce sont cependant les difficultés du programme CSeries qui ont pesé lourd sur l'entreprise tout au long de l'exercice. L'incident le plus visible, l'explosion d'un moteur lors de manoeuvres au sol en mai dernier, a fait particulièrement mal parce qu'il a entraîné l'interruption des vols d'essai pendant trois mois. L'incident est également arrivé à un bien mauvais moment, soit avant le salon aéronautique de Farnborough. Bombardier espérait profiter de l'événement pour présenter la CSeries au monde entier.

Bombardier a ajouté quelques commandes au carnet de la CSeries, mais avec 243 commandes fermes au 30 septembre 2014, le programme est encore loin des 300 commandes fermes promises pour l'entrée en service.

Bombardier avait entamé l'exercice 2014 avec un nouveau vendeur en chef, Raymond Jones, qui remplaçait Chet Fuller à titre de vice-président aux ventes, au marketing et à la gestion des actifs chez Bombardier Avions commerciaux.

M. Jones a cependant passé une seule année à ce poste et a quitté l'entreprise au début de janvier, pour des raisons personnelles, a fait savoir Bombardier.

L'équipe de vente a quand même enregistré des commandes intéressantes en 2014, notamment avec les biréacteurs régionaux CRJ900 et les appareils turbopropulsés régionaux Q400.

Chambardement

Bombardier Aéronautique a d'ailleurs connu un sérieux chambardement au cours de l'exercice 2014. En juillet, la division a été scindée en trois secteurs: Avions d'affaires, Avions commerciaux et Aérostructures et services d'ingénierie. Un niveau administratif a complètement disparu, entraînant la suppression de 2000 emplois, dont environ 1200 dans la région de Montréal, et le départ de dirigeants, comme le président de Bombardier Aéronautique Guy Hachey. Bombardier s'attend à des économies annuelles d'environ 200 millions US.

La porte-parole de l'entreprise, Isabelle Rondeau, a affirmé que Bombardier avait déjà commencé à voir les bénéfices de cette réorganisation.

«Pierre Beaudoin s'est beaucoup rapproché des opérations, a-t-elle déclaré à La Presse Affaires. Il est davantage partie prenante de ce qui se passe dans les différents secteurs d'activité.»

Si Bombardier Aéronautique a volé la vedette tout au long de l'exercice avec les péripéties entourant la CSeries, Bombardier Transport s'est rappelée au bon souvenir des Québécois au début de 2015... pour de mauvaises raisons. Un problème de développement de logiciel chez un fournisseur force la suspension de la production des nouvelles voitures du métro de Montréal pendant au moins six mois. Ce délai entraîne la mise à pied de 145 travailleurs à l'usine de La Pocatière.

Ironiquement, c'est la CSeries qui pourrait remonter le moral du géant québécois en 2015: si tout va comme prévu, l'appareil devrait entrer en service au cours du deuxième semestre. Cela devrait assurer de nouvelles entrées de fonds et possiblement stimuler de nouvelles commandes.

Les différents avions d'essai de la CSeries ont maintenant effectué plus de 900 heures d'essais en vol. Voici les grands jalons du programme CSeries en 2015.

--------------

Les grands jalons en 2015

14 janvier

Essai sur la résistance au froid du CS100

23 janvier

Démarrage des moteurs du CS300

28 janvier

Essai de vibration à la vitesse de Mach 0,91

Dans les prochaines semaines

Vol inaugural du CS300

Au deuxième semestre

Certification du CS100

Au deuxième semestre

Entrée en service du CS100




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Bombardier en pièces détachées

    Marchés

    Bombardier en pièces détachées

    La communauté financière attend avec fébrilité la publication par Bombardier, jeudi, des résultats financiers du quatrième trimestre qui concluront... »

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer