Source ID:25104; App Source:cedromItem

Orléans Express: promotions entre Québec et Montréal

De 2009 à 2014, le nombre de passages... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

De 2009 à 2014, le nombre de passages a diminué de 15% sur la ligne Montréal-Québec d'Orléans Express et les revenus ont fléchi de 10%, alors que les coûts d'exploitation ont augmenté de 8%.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

Les utilisateurs des autocars Orléans Express entre Montréal et Québec paieront moins cher leur billet à certaines heures de la journée à partir de l'été prochain.

La société, qui détient le monopole sur le transport par autocar entre les deux principales villes de la province, abandonnera sa tarification homogène pour moduler ses prix en fonction de la demande.

Cette mesure s'ajoutera aux promotions déjà en vigueur pour les étudiants. Depuis 2012, un aller simple entre Montréal et Québec leur coûte 25$ et l'aller-retour 50$, taxes incluses, les jeudis, vendredis et dimanches.

Contrer le covoiturage

Le but est d'offrir des tarifs capables de concurrencer le covoiturage coordonné par l'internet et les réseaux sociaux, l'un des facteurs qui ont contribué à faire perdre au transporteur jusqu'à 90 000 clients annuels sur la ligne Montréal-Québec depuis 2008.

«Au terme du déploiement de la plateforme de réservation en ligne, on sera en mesure de moduler nos tarifs en fonction de la situation de remplissage des bus, a dit à La Presse Affaires Patrick Gilloux, président et directeur général de Keolis Canada. Notre ambition est d'aboutir dans cette démarche à l'été 2015. Nous sommes disposés pendant les heures creuses, où il y a moins de monde, à faire des prix qui sont attractifs.»

Keolis Canada est le propriétaire d'Orléans Express, qui représente 50% des revenus de la filiale du groupe français Keolis.

D'après M. Gilloux, cette nouvelle grille tarifaire respecte l'obligation d'équité du tarif pour tous les clients, à laquelle le transporteur est assujetti. Elle n'a pas non plus à être approuvée par la Commission des transports du Québec (CTQ), qui a approuvé une hausse des tarifs de 3% entrée en vigueur le 18 janvier.

Avec la mise en service de sa future plateforme, la société délaissera son système de départs garantis sans réservation, qui lui coûte cher.

Actuellement, que l'on achète son ticket sur l'internet ou à la dernière minute à la gare, le tarif est le même. Résultat: 92% des ventes se font au guichet dans les gares, une absurdité à l'ère des téléphones intelligents.

Orléans Express n'a pas le choix. Sa grille tarifaire actuelle n'est plus concurrentielle face aux services de covoiturage comme AmigoExpress, dont les utilisateurs offrent souvent un aller simple pour Québec à 20$. Le même trajet à bord d'un autocar Orléans Express revient à 58,52$ pour un adulte et 49,72$ pour un étudiant, en dehors des promotions.

De 2009 à 2014, le nombre de passages a diminué de 15% sur la ligne Montréal-Québec et les revenus ont fléchi de 10%, alors que les coûts d'exploitation ont augmenté de 8%. Orléans évalue à 166 000 le nombre de personnes qui, chaque année, utilisent le covoiturage organisé entre la métropole et la capitale. C'est l'équivalent de 8,5 autocars par jour.

Avec les réductions de service en Mauricie et en Gaspésie qui sont entrées en vigueur dimanche dernier, la société de transport dégage une marge de manoeuvre pour réduire ses tarifs sur certains départs de la ligne Montréal-Québec et ainsi tenter de récupérer une partie de la clientèle qui l'a désertée depuis 2009.

À l'heure actuelle, en raison du principe de l'interfinancement, environ 30% des recettes du corridor Montréal-Québec servent à financer les lignes déficitaires, a soutenu le transporteur devant la CTQ.

Compression des dépenses

D'autres mesures sont aussi avancées par le groupe Orléans, qui a perdu environ 12 500$ par jour d'exploitation en 2014, pour arriver à des économies récurrentes de 3 millions par année.

Le transporteur a suspendu son plan quinquennal d'achat d'autocars neufs. Il réduira son parc de 61 à 41 autocars et reverra la convention collective de ses chauffeurs, qui arrive à échéance en mars prochain. Il entend aussi réviser tous les contrats avec ses fournisseurs.

Orléans Express veut aussi diminuer les frais de quai et les commissions qu'elle paie à la Gare d'autocars de Montréal, qui appartient maintenant à l'Agence métropolitaine de transport. Or, le terminus est déficitaire. L'AMT a perdu 617 000$ en 2013, pour une demi-année d'exploitation. Les données de 2014 ne sont pas encore publiées.

---------------

COULOIR MONTRÉAL-QUÉBEC

> 17 départs quotidiens dans les deux directions

> 503 164 passagers par année (en baisse de 15% depuis 2009)

> Revenus de 19,2 millions (en baisse de 10% depuis 2009)

> Prix courant aller simple: 58,52$

> Prix courant aller-retour: 93,64$

> 30% des recettes servent à financer les lignes déficitaires du transporteur en région




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer