Source ID:384243; App Source:cedromItem

Nouvel appareil de Bell Helicopter: pas de garanties pour Mirabel

L'usine de Bell Helicopter à Mirabel.... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

L'usine de Bell Helicopter à Mirabel.

Photo Robert Skinner, La Presse

Bell Helicopter a lancé un nouvel appareil commercial, mais n'a pas encore décidé s'il l'assemblera à Mirabel ou ailleurs.

Le SLS (Short Light Single), lancé au Salon aéronautique du Bourget lundi, visera le marché des hélicoptères monomoteurs légers, comme le Robinson R66 et l'Eurocopter EC120.

Bell Helicopter avait l'habitude d'assembler tous ses appareils commerciaux à son usine de Mirabel et ses appareils militaires aux États-Unis. Elle s'est éloignée de cette pratique en février 2012, lorsqu'elle a annoncé qu'elle assemblera un tout nouvel appareil commercial, le Bell 525 Relentless, à son usine d'Amarillo, au Texas.

Cette usine avait de la capacité en surplus en raison d'une diminution des commandes pour l'hélicoptère militaire V-22.

Avec 16 passagers, le Bell 525 sera le plus gros appareil commercial de Bell Helicopter. Avec cinq passagers, le SLS sera le plus petit.

Les deux sont conçus à Mirabel, mais comme le Bell 525, le SLS pourrait être assemblé ailleurs.

«Bell Helicopter examine une variété de sites manufacturiers et considère des options basées sur la compétitivité des coûts et sur des partenariats économiques potentiels», a indiqué une porte-parole de l'entreprise, Bridget Garcia, dans un courriel à La Presse Affaires.

Un spécialiste de l'industrie a dit s'attendre à ce que Bell Helicopter fasse assembler des composants importants dans ses installations de Chihuahua, au Mexique. Cette usine assemble déjà des composants du Bell 429, l'appareil le plus récent de Bell Helicopter.

Le spécialiste croit toutefois que l'assemblage final devrait se faire à Mirabel, étant donné son expertise et son centre d'essais en vol.

La porte-parole n'a pas voulu faire de commentaire additionnel, ni définir ce qu'elle entendait par «partenariats économiques potentiels».

Chez Investissement Québec, on n'a eu aucune discussion avec Bell Helicopter jusqu'ici au sujet d'une aide financière liée à l'assemblage d'un nouvel appareil à Mirabel.

Bell Helicopter a également causé la surprise en choisissant Turbomeca, filiale du groupe français Safran, pour propulser son petit dernier. Jusqu'à maintenant, l'entreprise faisait surtout confiance à Rolls-Royce et à Pratt&Whitney Canada (P&WC).

Turbomeca est un fournisseur d'Eurocopter, qui occupe maintenant la position de chef de file sur le marché des hélicoptères commerciaux.

Le choix de Turbomeca pourrait représenter une occasion pour le Québec. L'entreprise a une petite installation à Mirabel pour l'entretien de moteurs d'hélicoptères.

Turbomeca avait choisi de s'implanter à Mirabel en 2003 en raison de la présence de Bell Helicopter et d'incitatifs fiscaux intéressants. Elle avait toutefois mis à pied près de la moitié de son personnel de Mirabel en 2011 en raison du marasme sur le marché des hélicoptères. L'usine compte maintenant une soixantaine d'employés.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer