Air Canada doit augmenter le montant des compensations accordées aux passagers pour les places vendues en surréservation sur ses vols intérieurs.

LA PRESSE CANADIENNE

L'Office des transports du Canada a estimé que la politique en vigueur, qui prévoit un dédommagement de 100 $ à 200 $ par personne, n'est pas raisonnable dans les cas où des motifs de sécurité ou d'exploitation courante ne sont pas en cause.

Air Canada devra d'ici 30 jours soumettre de nouvelles directives en matière de compensations pour ceux qui ont réservé une place mais qui sont victimes de la pratique de l'industrie consistant à vendre plus de places que de sièges dans l'appareil.

L'OTC a ainsi tranché en faveur de Gabor Lukacs, un ancien professeur de mathématiques de l'université du Manitoba, qui a déjà contesté plusieurs autres pratiques de transporteurs aériens.

M. Lukacs suggérait que les voyageurs reçoivent un dédommagement entre 200 et 800 $, selon la durée du délai jusqu'à leur prochain vol.

L'office a indiqué qu'Air Canada pourrait choisir entre ce modèle et celui en vigueur aux États-Unis, où les compagnies aériennes versent parfois jusqu'à 1300 $ par voyageur importuné par un changement de vol.

Le taux de dédommagement du transporteur canadien, établi il y a 12 ans, ne correspond plus aux prix en vigueur pour les billets d'avion, les chambres d'hôtel et d'autres dépenses imprévues, a soutenu l'OTC.

Cette décision ne concerne toutefois pas WestJet Airlines [[|ticker sym='T.WJA'|]], qui ne pratique pas la surréservation de places dans ses appareils.

Air Canada [[|ticker sym='T.AC.B'|]] a refusé de commenter dans l'immédiat.