Ce n'est qu'une question de temps: la CSeries effectuera un jour des missions de surveillance pour des gouvernements et des forces armées, comme le font déjà d'autres appareils de Bombardier, comme les luxueux biréacteurs d'affaires Global Express et les avions régionaux turbopropulsés Dash-8.

Publié le 7 sept. 2012
Marie Tison LA PRESSE

«Nous voyons plusieurs appareils de la taille de la CSeries utilisés dans toutes sortes de missions à travers le monde, a déclaré le vice-président aux ventes et au marketing de Bombardier, avions spécialisés et avions amphibies, Derek Gilmour, dans une entrevue téléphonique avec La Presse Affaires. La CSeries sera l'appareil le plus avancé de sa catégorie, technologiquement parlant, lorsqu'il entrera en service. Il consommera 20% moins de carburant que les autres appareils, ce qui représentera d'importantes économies pour les gouvernements.»

Plusieurs gouvernements utilisent des appareils Boeing 737 et des Airbus 320 pour le transport de personnalités publiques. Mais ces appareils sont également utilisés par des forces armées pour des missions spéciales liées à la défense.

Par exemple, le Poseidon P-8A, que les forces américaines utilisent pour la surveillance maritime et la lutte anti-sous-marins, est une version militarisée du Boeing 737.

«C'est excitant de penser que dans quelques années, la CSeries effectuera des missions spéciales, a lancé M. Gilmour. Mais encore faudra-t-il que je puisse mettre les mains sur un de ces appareils: la production des premières années est déjà attribuée.»

Bombardier a annoncé hier la vente d'un quatrième biréacteur Global à l'Armée de l'air américaine, le Global 6000, le successeur du Global Express. Équipé d'un système d'interception de communications appelé BACN (Battlefield Airborne Communications Node), l'appareil jouera un rôle d'espion dans différentes régions du globe.

L'armée de l'air américaine avait acquis un appareil Global Express en 2008, puis deux autres en 2010, alors que le budget de la défense commençait déjà à se resserrer.

«Il n'y a pas beaucoup de programmes qui vont de l'avant actuellement, a noté M. Gilmour. Le fait que les États-Unis aient acquis un autre Global, c'est merveilleux. Nous en sommes très fiers.»

Il a ajouté que la constitution d'une flotte d'appareils Global au sein de l'Armée de l'air américaine donnait beaucoup de crédibilité à l'appareil de Bombardier sur le reste de la planète.

Missions de surveillance

Le gouvernement britannique avait choisi le Global Express pour effectuer des missions de surveillance dans le cadre du programme ASTOR (Airborne Stand-Off Radar). Le gouvernement japonais a également opté pour cet appareil pour des missions semblables.

Cette semaine, Elta Systems, une filiale d'Israel Aerospace Industries, a annoncé qu'elle avait conclu une entente avec Bombardier pour équiper un appareil Global 5000 afin de lui permettre d'effectuer des missions spéciales.

Le turbopropulseur régional Dash-8 effectue de son côté des missions spéciales dans un grand nombre de pays, notamment en Europe. Pour sa part, l'avion amphibie CL-415, conçu pour combattre des feux de forêt, effectue des patrouilles maritimes en Grèce et en Malaisie.

Les biréacteurs d'affaires Learjet et Challenger ne sont pas en reste: la Federal Aviation Administration compte de tels appareils dans sa flotte.

En fait, plus de 330 appareils de Bombardier effectuent des missions spéciales dans 35 pays. Il faut ajouter à ce total 145 avions amphibies spécialisés dans la lutte contre les incendies.

Bombardier ne peut pas nommer certains des pays impliqués, mais M. Gilmour a soutenu que l'entreprise ne faisait affaire qu'avec les «gouvernements qui sont conformes aux valeurs canadiennes».

«C'est très important pour Bombardier, a-t-il affirmé. Nous prenons très au sérieux les décisions que nous devons prendre au sujet des programmes auxquels nous participons.»