Le Groupe maritime Verreault décrie la décision de Québec d'octroyer aux chantiers Davie, sans appel d'offres, le contrat de construction de deux traversiers.

Sylvain Larocque LA PRESSE CANADIENNE

Dans un communiqué publié mercredi, la présidente de l'entreprise des Méchins, dans le Bas-Saint-Laurent, Denise Verreault, soutient que la décision «dessert les intérêts du Québec».

Selon elle, le gouvernement «ne reconnaît ni le talent ni l'expertise des Québécois» alors que des sociétés d'ici comme SNC-Lavalin possèdent un savoir-faire mondialement reconnu en matière de gestion de contrats.

Mme Verreault affirme que l'octroi du contrat à Davie, qui est en voie d'être rachetée par un consortium formé des entreprises italiennes Fincantieri et DRS, «ne crée pas de richesse à long terme».

Pour justifier sa décision, Québec a indiqué que le contrat allait permettre à Davie de se qualifier pour participer à l'appel d'offres du gouvernement fédéral visant la construction de navires militaires.

Davie est en restructuration judiciaire depuis l'an dernier.