Les agents des centres d'appels et des comptoirs d'enregistrement d'Air Canada devraient être au poste ce matin.

Marie Tison et Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

La section locale 2002 des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA) a conclu une entente de principe avec la direction d'Air Canada hier, peu de temps après le dépôt d'une loi spéciale de retour au travail au Parlement. La ministre fédérale du Travail, Lisa Raith, avait annoncé son intention de déposer une telle loi mardi dernier.

Mme Raith a soutenu hier que le spectre d'une loi spéciale avait permis aux deux parties de redoubler d'efforts pour trouver un terrain d'entente.

«C'est une excellente nouvelle, a-t-elle affirmé. Nous concentrons tous nos efforts sur la reprise de l'économie canadienne. Les deux parties se sont elles-mêmes entendues. C'est le meilleur dénouement au conflit.»

Le grand patron des Travailleurs canadiens de l'automobile, Ken Lewenza, a cependant soutenu que ce n'était pas la menace d'une loi spéciale qui avait précipité une entente, bien au contraire.

Critique contre Harper

«Nous pensons que les choses se seraient passées plus rapidement sans cette intervention gouvernementale, a-t-il soutenu au cours d'un point de presse hier à Toronto. Nous étions tout près d'une entente, nous progressions, nous avions un dialogue constructif.»

Il a condamné le fait que le gouvernement conservateur ait annoncé le dépôt d'une loi spéciale moins de 24 heures après le déclenchement de la grève, alors que les activités d'Air Canada se poursuivaient presque normalement. «Nous pensons que c'était de mauvais goût, immoral et anticonstitutionnel», a-t-il lancé, avant d'ajouter que la loi qui a été déposée par le gouvernement conservateur n'était certainement pas dans l'intérêt des travailleurs.

Les 3800 agents de centres d'appels et des comptoirs d'enregistrement d'Air Canada ont débrayé à minuit une dans la nuit de lundi à mardi. L'avenir du régime de retraite constituait la principale pomme de discorde: l'employeur voulait faire passer de 55 à 60 ans l'âge de la préretraite sans pénalité et remplacer le régime à prestations déterminées par un régime à cotisations déterminées pour les nouveaux employés.

M. Lewenza a affirmé que les syndicats avaient la responsabilité de représenter non seulement les employés actuels, mais les employés futurs.

Les TCA et Air Canada ont finalement convenu de confier cet aspect du problème, soit l'imposition d'un régime à cotisations déterminées aux nouveaux employés, à un arbitre.

«C'est un processus qui devrait générer plus d'égalité, d'équité», a avancé M. Lewenza.

Il a fait valoir que les autres modifications au régime de retraite acceptées par les TCA n'entreront pas en vigueur avant 2013 et devraient avoir un impact minime sur les employés. Il a également souligné que l'entente comprenait des augmentations salariales pour les employés. Il s'agit d'un aspect particulièrement apprécié puisque les syndiqués n'ont pas vraiment eu d'augmentation au cours des 10 dernières années.

Le syndicat a demandé à ses membres de se présenter au travail ce matin, même si l'entente devra être ratifiée plus tard par les syndiqués.

De son côté, la direction d'Air Canada a bien accueilli l'entente de principe.

«Cet accord contribuera à assurer la viabilité à long terme d'Air Canada, tout en permettant à ses employés de conserver une rémunération et des avantages sociaux parmi les meilleurs dans notre industrie», a fait savoir le chef de l'exploitation d'Air Canada, Duncan Dee, par voie de communiqué.

Le conflit était suivi de près par les trois autres grands syndicats d'Air Canada, soit l'Association des pilotes d'Air Canada, qui représente 3000 pilotes, l'Association internationale des machinistes et des travailleurs de l'aérospatiale, qui représente 4000 techniciens d'entretien, et le Syndicat canadien de la fonction publique, qui représente 6800 agents de bord. Tous ces syndicats sont présentement en négociations avec le transporteur et tous doivent faire face aux mêmes demandes de l'employeur au sujet du régime de retraite.

L'action de catégorie B d'Air Canada a fortement rebondi à la Bourse de Toronto hier, gagnant 16 cents pour clôturer à 2,17$. Il s'agit d'un gain de 7,96%.