Le trafic aérien international de passagers a repris des couleurs en mai, retrouvant même des niveaux d'avant la récession après un mois d'avril assombri par le nuage de cendres du volcan islandais, a indiqué mardi l'Association internationale du transport aérien (IATA).

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le trafic passager a ainsi augmenté de 11,7% par rapport au mois de mai 2009 tandis que le fret a bondi de 34,3%, selon les dernières données de l'association qui représente 230 compagnies aériennes assurant 93% du trafic commercial mondial.

«La demande a fortement rebondi en mai après le fiasco d'avril en Europe provoqué par les cendres volcaniques», s'est félicité le patron de l'IATA Giovanni Bisignani, soulignant que le taux de remplissage des avions s'était maintenu près des 79% pour le mois.

Les voyants sont ainsi au vert, le trafic renouant même avec des niveaux d'avant crise.

«Le trafic passager est supérieur de 1% par rapport aux niveaux d'avant la récession, tandis que le fret est en augmentation de 6%», a précisé M. Bisignani.

En avril, le trafic aérien avait souffert de l'éruption du volcan Eyjafjöll, en particulier le trafic passager qui avait reculé de 2,4%.

Plus de 100 000 vols avaient été annulés et plus de 8 millions de passagers bloqués. Les autorités avaient alors décidé d'interdire les vols par précaution, les particules émises pouvant endommager le bon fonctionnement des avions en vol.

Malgré les nouvelles positives de mai, le trafic aérien reste «loin d'une rentabilité durable», a toutefois prévenu M. Bisignani.

Faire correspondre la capacité des avions qui a été très réduite durant la crise à une demande grandissante va devenir «de plus en plus difficile dans les mois qui viennent», prévient ainsi l'IATA relevant que le taux d'utilisation des avions demeurait inférieur de 5% pour les avions à un couloir et de 8% pour les plus gros porteurs par rapport au niveau d'avant crise.

L'Europe reste une des régions les plus fragiles, après avoir été très affectée par les conséquences de l'éruption volcanique d'avril. Le trafic aérien y a globalement repris en mai de 8,3%, une hausse qui reste toutefois la plus faible de toutes les régions, souligne encore l'Association.

Ainsi, la demande a bondi de 13,2% en Asie-Pacifique, région qui continue de tirer la croissance du secteur grâce au dynamisme économique de pays tels que la Chine.

L'Amérique du nord se porte également mieux avec une progression de 10,9% de la demande en mai sur un an.

Le record a toutefois été enregistré en Amérique latine dont les transporteurs ont enregistré une hausse de 23,6% de la demande de trafic pour le mois sous revu.

Enfin au Moyen-Orient, la demande a gagné 17,5% tandis qu'elle a progressé de 16,9% en Afrique.