Investissements PSP, l'un des plus grands gestionnaires de fonds pour les caisses de retraite au pays, avec un actif net de 116 milliards, a obtenu un rendement d'à peine 1 % pour son exercice terminé le 31 mars dernier.

Publié le 22 juill. 2016
Richard Dufour LA PRESSE

Après trois années consécutives de rendements positifs dans les deux chiffres, il s'agit du plus faible rendement annuel de PSP depuis la crise financière. PSP avait enregistré des rendements négatifs de 22,7 % en 2009 et de 0,3 % en 2008.

L'an passé, l'organisme dont le principal bureau d'affaires est à Montréal avait généré un rendement annuel de 14,5 %. Il s'était élevé à 16,3 % en 2014 et à 10,7 % en 2013.

Selon la direction de PSP, le rendement annuel de 1 % pour le dernier exercice dépasse celui de son portefeuille de référence, qui serait de 0,3 %. La performance de PSP est inférieure à celle de ses principaux pairs, notamment celle de 3,7 % que vient d'enregistrer son plus proche comparable, soit l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada, qui a un actif d'environ 280 milliards et dont la date de fin d'exercice est aussi le 31 mars. C'est également largement inférieur au rendement de 9 % de la Caisse de dépôt pour son exercice terminé le 31 décembre dernier.

En entretien avec La Presse, le grand patron de PSP, André Bourbonnais, appelle à la prudence dans le jeu des comparaisons. « C'est toujours un peu difficile de comparer des pommes avec des oranges et c'est facile de regarder les résultats en pourcentage. Tous n'ont pas les mêmes années fiscales, la même allocation d'actifs et la même prise de risque », fait-il valoir, se disant satisfait des résultats d'ensemble obtenus.

Durant son dernier exercice, PSP a fait progresser son actif net de 4,8 milliards à 116,8 milliards.

Les rendements tirés des placements privés (+ 2,4 %), les investissements immobiliers (+ 14,4 %), le groupe des placements en infrastructures (+ 12,7 %) ainsi que celui du groupe des ressources naturelles (+ 6,9 %) ont tous été positifs. C'est la performance réalisée sur les marchés financiers (actions, obligations et revenu fixe) qui s'est avérée la moins intéressante, avec un rendement négatif de 3,2 %.

La stratégie du portefeuille investissement valeur a connu des ennuis et a eu une incidence négative importante sur la performance. « Cette stratégie nous a coûté beaucoup d'argent. Elle consistait à prendre des positions importantes dans des entreprises publiques en espérant avoir de l'influence. Nous avons été surexposés à des compagnies qui ont mal performé », commente André Bourbonnais, sans vouloir préciser de quelles entreprises il est question. 

« Cette stratégie a été mise sur pause », dit-il.

Les 10 plus importants placements en actions de PSP au 31 mars étaient dans l'ordre la Banque Royale, la TD, le CN, XPO Logistics, Suncor, Banque Scotia, Apple, Enbridge, AIG et State Street.

À plus long terme, PSP affiche un rendement annualisé de 8,9 % sur cinq ans et de 5,9 % sur 10 ans.

Investissements PSP assure notamment la gestion des fonds pour les régimes de pensions des fonctionnaires fédéraux, des Forces armées canadiennes et de la GRC.