Source ID:; App Source:

Le nouveau patron d'Axa imprime déjà sa marque

Le nouveau patron d'AXA, Thomas Buberl, doit entrer... (PHOTO ERIC PIERMONT, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le nouveau patron d'AXA, Thomas Buberl, doit entrer en fonction le 1er septembre.

PHOTO ERIC PIERMONT, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carole GUIRADO
Agence France-Presse
PARIS

À peine deux mois après l'annonce du départ de Henri de Castries, c'est la révolution chez Axa. Avec la mise en place d'une nouvelle équipe dirigeante avant même son entrée en fonction le 1er septembre, le futur patron du géant de l'assurance Thomas Buberl veut imprimer sa marque.

Thomas Buberl serait-il un homme pressé? Pragmatique surtout, selon une source proche du dossier, car son objectif est précis: disposer d'une équipe opérationnelle avant la présentation du nouveau plan stratégique du groupe le 21 juin.

Seulement 10 jours après l'annonce du départ du PDG d'Axa France, Nicolas Moreau, candidat déçu à la succession d'Henri de Castries, le jeune dirigeant, âgé de 43 ans, a désigné son comité de direction pour l'aider dans la mise en oeuvre des nouveaux objectifs du groupe.

Parmi les 10 membres du comité qu'il dirigera, six nouveaux entrants, toutes des valeurs sûres du groupe, tel que Gerald Harlin, directeur financier du groupe depuis 13 ans et 26 années d'Axa à son actif.

La révolution se fait donc dans la continuité. « C'était important pour lui de s'entourer de gens du terrain qui connaissent bien le monde de l'assurance », toujours d'après une source proche.

En seulement quatre ans, cet Allemand a réalisé un parcours météoritique au sein d'Axa. Passé d'abord par les assureurs Winthertur Suisse et Zurich, il intègre le groupe français en 2012, comme directeur général de la filiale allemande avant d'intégrer à son tour dès mars 2015,  le comité de direction du groupe.

Ce qui lui permettra d'assister aux décisions stratégiques et d'apprendre, comme il l'a expliqué lors de l'assemblée générale des actionnaires en avril dernier, où il s'est exprimé pour la première fois - dans un français maîtrisé - en tant que futur dirigeant d'un groupe aux 166 000 collaborateurs.

« Un assureur dans ses tripes et ses gènes »

« C'est un assureur dans ses tripes, dans ses gènes, c'est quelqu'un qui aime ce métier » et « je sais qu'il saura mener Axa vers de nouvelles pages de succès », l'a adoubé également à cette occasion, un Henri de Castries confiant devant les actionnaires et Claude Bébéar, fondateur d'Axa.

Le PDG sortant d'Axa a ni plus ni moins répété l'histoire. En son temps, en 2000, son mentor Claude Bébéar l'avait désigné comme son successeur au nom du renouvellement des générations. Il était alors âgé de 45 ans.

Même si les décisions marquantes se sont multipliées ces dernières semaines - l'annonce lundi de la cession de 1,8 milliard d'euros d'actifs liés au secteur du tabac, celle vendredi de la vente au groupe britannique Phoenix Group Holdings d'une partie de ses activités au Royaume-Uni - il ne devrait pas y avoir de surprise en vue en termes de stratégie.

Vieillissement de la population, émergence d'une nouvelle classe moyenne, de nouveaux risques et donc de nouveaux besoins en matière de prévoyance, le discours de M. Buberl lors de l'AG du groupe restait dans la lignée de son prédécesseur.

À son tour, il a affirmé sa conviction de l'existence de « grandes sources de croissance dans les marchés matures comme dans les marchés émergents », telles que l'assurance d'entreprises, l'assurance maladie ou les potentiels « trois milliards de consommateurs émergents dans le monde ».

Depuis deux ans, le second assureur européen a notamment multiplié les acquisitions et les partenariats en Afrique où il est présent dans huit pays (Algérie, Côte d'Ivoire, Égypte, Gabon, Cameroun, Maroc, Nigeria et Sénégal).

M. Buberl, à la tête d'un poids lourd du secteur, avec 99 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 103 millions de clients, présentera donc un plan stratégique qui aura pour ambitions de « générer de la croissance durable et assurer [la] transformation » interne du groupe.

Avec pour l'aiguillonner, Denis Duverne, prochain président non exécutif du conseil d'administration, au sein du groupe depuis 21 ans et [...] bras droit historique de Henri de Castries.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer