Source ID:; App Source:

Luc Bernard et Multi-Prêts: de banquier à courtier

Luc Bernard, 53 ans, a monté un groupe... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Luc Bernard, 53 ans, a monté un groupe d'investisseurs pour racheter Multi-Prêts, le plus grand courtier hypothécaire du Québec et l'un des plus importants du Canada.

Photo André Pichette, La Presse

Sylvain Larocque
La Presse

Luc Bernard aimait tellement l'un de ses partenaires d'affaires, le courtier hypothécaire Multi-Prêts, qu'il a fini par acheter l'entreprise!

«J'étais banquier, mais avec une âme d'entrepreneur, raconte à La Presse Affaires ex-vice-président à la Banque Laurentienne. C'était un rêve que j'avais et j'ai trouvé l'occasion pour le concrétiser.»

M. Bernard, 53 ans, a quitté son poste de vice-président responsable des services aux particuliers et aux PME en mai 2013. Il était à la Banque Laurentienne depuis 2001. Il s'est aussitôt employé à monter un groupe d'investisseurs pour racheter Multi-Prêts, le plus grand courtier hypothécaire du Québec et l'un des plus importants du Canada.

Les courtiers attirent des clients en leur offrant des taux plus bas que ceux affichés par les institutions financières. Ils sont rémunérés par ces dernières, qui y voient une façon attrayante de recruter de nouveaux clients.

45% du marché québécois

Multi-Prêts a été fondée en 1982 par un groupe de courtiers. L'entreprise détient aujourd'hui plus de 45% du marché québécois. Au Canada anglais, elle occupe de 15 à 18% du marché par l'entremise de sa filiale Mortgage Alliance, établie au milieu des années 90. Multi-Prêts génère un chiffre d'affaires d'environ 75 millions de dollars par année et compte quelque 2000 courtiers, dont 500 au Québec.

«L'industrie immobilière résidentielle a démontré sa résilience lors de la crise de 2008 et même après les resserrements des règles hypothécaires qui ont suivi», souligne Luc Bernard.

Au Canada, environ 40% des acheteurs de maison font affaire avec un courtier hypothécaire, selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement. C'était 33% en 2007, mais la progression stagne depuis 2010. M. Bernard se montre néanmoins optimiste, soulignant que les Américains et les Australiens recourent davantage aux courtiers que les Canadiens.

«Comme investisseurs, on est résolument convaincus que le courtage va continuer de s'accaparer une part croissante des encours hypothécaires au cours des prochaines années», affirme Luc Bernard.

Hausse des taux à prévoir

Selon lui, la hausse à prévoir des taux d'intérêt incitera davantage de consommateurs à faire appel à un intermédiaire. De plus, pour faire croître plus rapidement son volume d'affaires, Multi-Prêts examinera la possibilité d'acquérir d'autres firmes de courtage.

Cinq investisseurs se lancent dans l'aventure aux côtés de M. Bernard, y compris deux dirigeants de Multi-Prêts, Pierre Martel et Michael Beckette. Les autres actionnaires ainsi que les vendeurs tiennent à conserver l'anonymat. La valeur de la transaction est également tenue secrète.

Illustration(s) :




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer