Source ID:8176; App Source:cedromItem

La TD a «le vent dans les voiles» au Québec, selon sa présidente

«Avec la croissance de notre réseau de succursales... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

«Avec la croissance de notre réseau de succursales au Québec, et les gains de parts de marché qui ont suivi, nous nous rapprochons de plus en plus des banques Royale et BMO (Banque de Montréal)», affirme Christine Marchildon, présidente régionale à la direction du Québec de la Banque TD.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

La plus grande banque canadienne selon l'actif, la Toronto-Dominion, a divulgué hier des résultats de fin d'exercice enviables parmi ses pairs, avec une hausse annualisée de 8% du bénéfice net au quatrième trimestre, et de 19% pour tout l'exercice 2014.

Mais ce fut encore insuffisant, semble-t-il, pour satisfaire les attentes des analystes et des investisseurs boursiers, qui étaient encore gonflées par les résultats exceptionnels de son trimestre précédent.

Baisse en Bourse

Par conséquent, événement inhabituel parmi les grandes banques canadiennes, la valeur boursière de la TD a été recalée de 5%, à 54,03$ par action, à la Bourse de Toronto.

Du point de vue des dirigeants d'exploitation de la banque, toutefois, ce dérapage boursier à très court terme a très peu à voir avec ses ambitions de croissance et de rendement.

À la direction du Québec de la TD, notamment, la présidente régionale, Christine Marchildon, n'a pas hésité au cours d'un entretien avec La Presse Affaires à vanter les bons résultats de toute la banque en fin d'exercice. Mais aussi à souligner la contribution de plus en plus significative des activités québécoises à ces résultats.

«Il y a quelques années, la Banque TD avait un retard à rattraper dans le marché québécois. Mais là, nos efforts portent leurs fruits et nous avons le vent dans les voiles, selon Mme Marchildon.

«Avec la croissance de notre réseau de succursales au Québec, et les gains de parts de marché qui ont suivi, nous nous rapprochons de plus en plus des banques Royale et BMO (Banque de Montréal), qui sont nos principaux compétiteurs parmi les cinq grandes banques canadiennes ayant le plus d'activités au Québec. Et c'est sûr que nous voulons les talonner encore plus!»

De 82 succursales il y a 10 ans, le réseau de la TD au Québec est rendu à 129 établissements, et pourrait compter jusqu'à 142 d'ici un an. La majeure partie de ce réseau, soit 94 succursales, est située dans la grande région de Montréal. Mais les régions de Québec et de Gatineau figurent désormais dans ses priorités.

Croissance soutenue

L'impact de cette croissance soutenue au Québec se répercute évidemment dans sa direction régionale d'administration et d'exploitation des services aux clients.

Toutes divisions confondues, la Banque TD dit avoir passé le seuil du million de comptes clients au Québec. Quant à son effectif, il compte désormais 5000 employés, deux fois plus qu'il y a 10 ans.

Rendue trop à l'étroit dans un immeuble de la rue Saint-Jacques, la direction administrative de la TD pour le Québec, qui regroupe 450 employés, vient de déménager dans les locaux modernes et plus spacieux de la Cité électronique, où loge également la direction du géant informatique CGI.

Nouveau centre dans le Mile End

Par ailleurs, le millier d'employés des services de soutien administratif aux succursales et aux clients de la TD au Québec viennent d'être regroupés dans un immeuble rénové sur mesure dans le quartier Mile End de Montréal.

«Nous prévoyons passer à 1200 employés à ce centre, au fur et à mesure de la croissance au Québec», selon Mme Marchildon.

D'autant plus qu'après une phase d'expansion de son empreinte commerciale, les prochaines ambitions de croissance de la TD au Québec se déplacent désormais des services bancaires de base vers la gestion du patrimoine.

Ce marché est prometteur au chapitre des revenus de la gestion d'actifs, mais plus exigeant en matière de services-conseils bien adaptés à chaque client.

Au quatrième trimestre terminé le 31 octobre

> Revenus: 7,45 milliards (+ 6,4% en un an)

> Bénéfice net: 1,74 milliard (+ 8,0%)

> Bénéfice net par action (dilué): 0,91$ (+ 8,3%)

> Rendement sur les capitaux propres: 13,1% (- 0,3 point)




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer