Source ID:; App Source:

Goldman Sachs reste prudent face à la conjoncture

La banque d'affaires américaine Goldman Sachs a estimé mardi que sa situation... (Photo: Bloomberg)

Agrandir

Photo: Bloomberg

Agence France-Presse
New York

La banque d'affaires américaine Goldman Sachs a estimé mardi que sa situation financière s'était améliorée, tout en restant prudente face aux risques présentés par la conjoncture économique.

«Notre position concurrentielle s'est nettement améliorée», a indiqué son directeur financier David Viniar lors d'une conférence téléphonique de présentation des résultats trimestriels, qui ont été publiés la veille.

M. Viniar a notamment souligné les «niveaux records de liquidité» de la banque, la «large diversité» des actifs et la poursuite de la décroissance des actifs toxiques détenus en portefeuille.

Toutefois, «nous sommes toujours dans un environnement dangereux», a-t-il souligné, en expliquant que ,dans ce contexte, «cela fait sens d'avoir beaucoup de liquidités» afin de doter le groupe d'un «coussin» de protection.

«Il y a toujours des vents de face en ce qui concerne la valorisation des actifs» sur le marché, a poursuivi le directeur financier, «ce qui fait que nous restons prudents».

M. Viniar a relevé que les estimations d'économistes envisageant une éclaircie en seconde moitié d'année lui donnent «des raisons d'être optimiste».

Goldman Sachs a fait état lundi d'un bénéfice net de 1,81 milliard de dollars, largement supérieur aux attentes du marché, et a annoncé vouloir lever 5 milliards de dollars sur le marché pour pouvoir rembourser au plus vite les 10 milliards de fonds fédéraux avancés par le Trésor à l'automne dernier.

Mardi, M. Viniar a répété que Goldman Sachs allait tout d'abord attendre les résultats du «test» de résistance mené par Washington auprès des banques américaines, avant de commencer à rembourser les fonds fédéraux.

Selon le directeur financier, les résultats de ce test devraient être bouclés «d'ici la fin avril».

Interrogée par la chaîne de télévision financière CBNC, la présidente du groupe des conseillers de la Maison Blanche Christina Romer a estimé que l'appel au marché de la banque était «certainement un bon signe».

«Le plus de fonds privés ils ont, le plus ils peuvent prêter», s'est-elle réjoui.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer