Source ID:1c8622f21d2f33e7838282dc17c3cd73; App Source:StoryBuilder

Affaire Huawei: des séquelles sur le tourisme à Montréal

ANDRÉ DUBUC
La Presse

La crise entre le Canada et la Chine, causée par l'arrestation d'une haute dirigeante du géant des télécommunications Huawei, va laisser des séquelles sur l'industrie touristique locale.

Tourisme Montréal vient d'abaisser ses prévisions pour 2019 et s'attend à ce qu'environ 20 000 touristes chinois de moins que prévu visitent la métropole. En parallèle, le gouvernement du Québec a suspendu toutes ses activités de promotion touristique avec l'empire du Milieu depuis le déclenchement de la crise entre les deux pays. 

L'organisme de promotion de la métropole québécoise prévoit maintenant accueillir 215 500 touristes chinois en 2019. Ce chiffre représente une hausse de 6 % par rapport aux 203 300 qui ont été accueillis en 2018, l'année du tourisme Canada-Chine. Ce sont toutefois 20 000 touristes de moins que les 235 000 qui étaient auparavant prévus pour 2019. À titre comparatif, la croissance du tourisme chinois à Montréal a été de 35 % en 2017 et 15 % en 2018. 

« Notre prévision pour 2019 a été révisée à la baisse en raison du contexte », indique Andrée-Anne Pelletier, gestionnaire des relations publiques corporatives chez Tourisme Montréal, en faisant référence aux conséquences de l'arrestation de Meng Wanzhou le 1er décembre à Vancouver.

Si elle se concrétise, cette révision à la baisse entraînerait un manque à gagner de 28 millions de dollars pour l'industrie touristique locale. Un touriste chinois dépense en moyenne 1400 $ par séjour, selon Tourisme Montréal.

Suspension des activités de commercialisation

L'année du tourisme Canada-Chine 2018 a fini en queue de poisson à la suite de l'arrestation de Meng Wanzhou.

Les tensions encore vives entre la Chine et le Canada poussent les agences touristiques provinciales, y compris celles du Québec, à suspendre toutes les activités promotionnelles jusqu'à nouvel ordre. 

« On a pris la même ligne que notre partenaire canadien Destination Canada et nos collègues des autres provinces, c'est-à-dire qu'on a mis nos activités de commercialisation sur pause pour l'instant, dit Frédéric Dubé, directeur, communications et affaires corporatives, de l'Alliance de l'industrie touristique du Québec. On est en contact téléphonique avec les autres provinces et Destination Canada toutes les semaines pour faire un état de situation. »

L'Alliance est le mandataire de Tourisme Québec pour assurer la promotion du Québec comme destination touristique à l'étranger.

« Nous avons une activité commerciale d'une durée d'une semaine à la fin de février qui risque, suivant l'évolution de la situation, de devoir être reportée. » - Frédéric Dubé, de l'Alliance de l'industrie touristique du Québec

Signe des tensions entre les deux pays, la ministre du Tourisme Mélanie Joly a annulé une importante mission en Chine qui devait avoir lieu du 17 au 20 décembre. « Le Canada et la Chine ont conjointement décidé de remettre la cérémonie de clôture de l'année du tourisme Canada-Chine à une date ultérieure, ce qui nous permettra de mieux atteindre nos objectifs communs », avait indiqué à La Presse à l'époque Jeremy Ghio, attaché de presse de la ministre.

L'Alliance craint maintenant que l'industrie touristique subisse les contrecoups du mécontentement de Pékin. « Il est possible de penser que la province devrait atteindre cette cible fixée pour 2018, car les événements se sont produits à la fin de l'année. Mais si la situation perdure, c'est en 2019 que la province pourrait ressentir les effets », signale M. Dubé.

Le Québec en rattrapage 

Le Québec, à la différence probablement du Canada, réussira à atteindre son objectif d'accueil de touristes chinois en 2018, d'après les principaux intervenants consultés. Il faut dire que la province partait de loin. Avant 2015, il n'y avait aucune liaison aérienne directe entre le Québec et la Chine, contrairement à Vancouver et à Toronto.

En début d'année, Québec prévoyait recevoir 190 000 touristes chinois en 2018. On dépassera vraisemblablement les 200 000. Les résultats définitifs de l'année 2018 seront publiés à la fin de février, selon Destination Canada.

Destination Canada affirme que la Chine demeure le troisième marché source en importance et est toujours d'une grande importance stratégique pour l'avenir touristique du Canada.

Vers une année prospère

11 millions de visiteurs

Tourisme Montréal prévoit accueillir 10,8 millions de visiteurs en 2019, selon ses estimations de début d'année dévoilées ce matin. Ce chiffre représente une croissance du volume de touristes de 2,4 % par rapport à 2018. 

Dépenses en hausse

Les touristes dépenseront 4,75 milliards de dollars, en hausse de 5,6 %, et contribueront au maintien de 53 000 emplois. 

Des congrès prestigieux

Montréal cherche à dynamiser le tourisme d'affaires avec des plateformes de communication comme Never Grow Up et MTLWorks for You, et il sera l'hôte du World Summit AI Americas (6000 participants attendus) et de l'ISMRM 27th Scientific Meeting & Exhibition.

19 millions de passagers

Le 19 décembre dernier, l'aéroport Montréal-Trudeau a accueilli son 19 millionième passagers de l'année, une première dans son histoire.

Hausse des croisiéristes

Un peu plus de 80 navires ont fait escale à Montréal, ce qui a représenté plus de 127 000 passagers et membres d'équipage.

Une croissance de 2 %

La croissance du volume de touristes à Montréal aura été de 1,9 % en 2018. La hausse attendue en 2019 est de 2,4 %.

Source : Tourisme Montréal




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer