Les plus récentes données sur les chantiers de construction illustrent de façon éloquente la perte d'intérêt des industriels à faire construire de nouveaux bâtiments dans l'île de Montréal. Un phénomène qui s'est vécu de façon bien tangible en 2018 avec l'annonce du départ de la brasserie Molson, établie au coeur de la ville depuis 1786, pour la Rive-Sud.

Mis à jour le 15 déc. 2018
ANDRÉ DUBUC LA PRESSE

Que constate-t-on quand on parcourt la liste des chantiers de construction en activité dans l'île de Montréal ? Sur 111 chantiers d'une valeur de 5 millions et plus, un seul est de nature industrielle, ce qui représente seulement 0,1 % de la valeur des investissements.

L'usine en question est issue d'un projet public-privé, avec la Ville de Montréal comme partenaire public. Il s'agit de la construction au coût de 50 millions d'un centre de tri de matières recyclables dans l'arrondissement de Lachine. Dollarama rénove son entrepôt de Mont-Royal au coût de 20 millions.

À titre comparatif, sept usines sont en construction en Montérégie, dont la brasserie Molson, pour des investissements totaux de 547 millions. À ce total, il faut ajouter les 370 millions associés à la construction de centres de distribution d'IKEA, Costco, Gordon, Exceldor et le projet Amazon/Zamboni à Varennes.

UNE PERTE POUR LES MONTRÉALAIS

Cette désaffection n'est pas sans causer des maux de tête aux administrations locales de l'île de Montréal.

Les usines et les complexes industriels sont des contribuables recherchés par les pouvoirs municipaux parce qu'ils grossissent la richesse foncière d'une ville sans nécessairement réclamer beaucoup de services municipaux en retour.

Par exemple, Molson paie à Montréal près de 3 millions par an en taxes foncières.

En somme, les contribuables industriels viennent subventionner une partie du coût des services municipaux au bénéfice des résidants qui profitent ainsi d'un taux d'imposition avantageux.

Varennes, qui est en quelque sorte le parc industriel du secteur nord-est de la Montérégie, avec Jean Coutu, Kronos et bientôt Costco, affiche toujours un des plus bas taux de taxes foncières résidentielles du Québec, à 0,58 $ par tranche de 100 $ d'évaluation (taux en vigueur en 2018).

RICHESSE FONCIÈRE

Pourquoi se soucier du phénomène ? Après tout, Montréal vit des jours heureux et son économie est en pleine effervescence. La valeur des chantiers en cours s'élève à 34 milliards. Il se construit des tours de condos de 50 étages, ce que les Montréalais n'ont jamais connu.

Or, la densification des quartiers centraux s'accompagne d'une facture salée : la population réclame à bon droit parcs, garderies et écoles, alors que la Ville n'a pas les budgets pour acquérir les terrains sur lesquels construire ces équipements collectifs.

Il est vrai qu'il s'est créé une multitude d'emplois dans les services. Ces travailleurs des industries du jeu vidéo, des effets spéciaux et des technologies de l'information occupent des bureaux, souvent dans d'anciennes manufactures désaffectées, ce qui redonne du souffle aux quartiers ouvriers de jadis.

Mais tous les emplois ne sont pas équivalents en matière de richesse foncière, comme l'avait souligné le professeur d'urbanisme Gérard Beaudet, de l'Université de Montréal, dans un article sur le déménagement de Molson paru à l'été 2017.

« L'économie de pointe est une économie de plus en plus virtuelle, avait-il dit. Comme les villes tirent leurs revenus de la taxe foncière, si vous n'avez pas besoin d'équipements pour produire de la richesse, la Ville ne peut pas venir chercher une ponction de cette richesse. C'est pourquoi l'emploi manufacturier est important pour une ville : le manufacturier a encore besoin de bâtiments et la Ville peut les taxer. »

TERRAINS CONTAMINÉS

Mais pourquoi Montréal se désindustrialise-t-il, au juste ? Certains montrent du doigt la congestion routière ; d'aucuns, la cherté et la rareté des terrains.

Il existe pourtant des terrains vacants dans l'île de Montréal, mais ceux-ci sont contaminés pour la plupart.

À Montréal-Est seulement, on dénombre 21 millions de pieds carrés nets de friches industrielles, à proximité du port ou de voies rapides.

Du lot, seulement 4,5 millions sont décontaminés et disponibles à court terme, les anciens terrains de Pétromont/Dow Chemicals.

Selon des estimations préliminaires, il faut compter 100 $ pour chaque mètre cube à excaver. Pour une superficie de 10 millions de pieds carrés excavés sur un mètre de profondeur, la facture tourne autour de 100 millions, juste pour Montréal-Est, alors que l'enveloppe budgétaire consacrée à la décontamination du sol dans l'ensemble de l'île de Montréal s'élève à 75 millions d'ici 2022.

Un espoir : Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et députée de Pointe-aux-Trembles, a annoncé que le gouvernement caquiste voulait consacrer 200 millions à la décontamination des terrains de l'Est.

Hier, la ministre Rouleau et la mairesse Valérie Plante ont dévoilé la Déclaration du gouvernement du Québec et de la Ville de Montréal pour revitaliser l'est de Montréal, laquelle reconnaît notamment la nécessité de décontaminer des terrains de l'Est. Les équipes du gouvernement et de la Ville seraient à l'oeuvre pour entreprendre le plus rapidement possible ce chantier.

Souhaitons-le, sinon, ce n'est pas demain la veille que les industriels reviendront dans l'île.