Le plan était d'exporter la formule de C2 Montréal dans plusieurs villes un peu partout dans le monde, à commencer par Melbourne en Australie. C'est raté : C2 vient d'annuler son premier sommet international prévu à Melbourne le mois prochain, citant une vente décevante de billets et le retrait d'une subvention gouvernementale de 1 million de dollars.

Mis à jour le 28 sept. 2018
Vincent Brousseau-Pouliot LA PRESSE

À quelques semaines de l'événement qui devait accueillir le cofondateur d'Apple Steve Wozniak, C2 Melbourne n'avait vendu que quelques centaines de billets. Le gouvernement de l'État de Victoria a aussi retiré une subvention de 1 million de dollars, un manque à gagner important dans le budget d'environ 5,4 millions de l'événement à Melbourne. Même après y avoir investi 4 millions de dollars, C2 International a décidé d'annuler l'événement, qui avait déjà été reporté d'un an.

C2 Melbourne devait être le premier événement d'envergure à l'extérieur de Montréal sous la formule de C2, la conférence d'affaires et de créativité qui se tient à Montréal depuis 2012.

« Ce n'est pas souhaitable, ce n'est pas agréable pour personne. Toutefois, c'est quand même assez courant [dans l'événementiel]. C'est une déception, mais d'un autre côté, ça redouble nos énergies vis-à-vis de C2 Montréal. Nous avons eu une hausse de la portion internationale [de C2 Montréal] comme jamais, tout près de 40 % de l'auditoire l'an dernier venait de 60 pays », dit Richard St-Pierre, président de C2 International, l'entreprise montréalaise qui veille au rayonnement international de C2 et qui est propriétaire de C2 Melbourne.

PAS D'IMPACT SUR C2 MONTRÉAL

L'échec australien ne change toutefois rien à la conférence C2 Montréal, gérée depuis plusieurs années sous une entité distincte comme un organisme sans but lucratif.

C2 Melbourne avait écoulé 1100 billets, soit quelques centaines de billets payants au public et le reste dans les ententes de partenariats. À titre de comparaison, C2 Montréal a accueilli 6500 participants l'an dernier.

« Entre souhaiter [avoir un événement comme C2] et sortir un carnet de chèques pour acheter des billets, il y a visiblement une marge. C'est la leçon qu'on vient d'apprendre », explique Richard St-Pierre.

L'entreprise australienne détenue par C2 International pour organiser le sommet en Australie s'est protégée de ses créanciers en faisant une « liquidation ordonnée ». C2 International n'était pas en mesure hier de préciser le montant des créances de C2 Melbourne en Australie, mais elle assure « vouloir respecter ses engagements ». Le magazine Australiasan Special Events estimait les créances non payées à au moins 150 000 $.

Richard St-Pierre s'explique mal le retrait de la subvention de 1 million de dollars de l'État de Victoria (l'équivalent d'une province en Australie). « Les partenariats ne se sont pas matérialisés, dit-il. Pour des raisons que je m'explique mal, le gouvernement a retiré son soutien à une série d'événements, dont C2. »

À titre de comparaison, en 2017, C2 Montréal a compté sur des subventions gouvernementales de 1,9 million, soit 15 % du budget total de 12,3 millions.

FIN DES CONFÉRENCES C2 À L'INTERNATIONAL

Après l'échec australien, C2 International ne tentera pas à moyen terme de déployer la formule de C2 Montréal et la marque C2 dans le monde. « Ça ne fait pas partie de nos plans », dit Richard St-Pierre.

Ce n'est pas pour autant la fin des activités de C2 International, une entreprise privée qui organisera 35 événements de moindre envergure cette année, dont 17 au Québec.

« Nous sommes déçus d'annuler Melbourne, mais on ne voit pas ça comme la fin du monde. C'est une entreprise qui va plutôt bien, les projets continuent de grandir et notre équipe a pratiquement doublé [de 64 à 102 employés] depuis neuf mois », dit Richard St-Pierre.

La semaine dernière, C2 International a toutefois remercié huit employés, en plus d'une dizaine de contractuels. Ces départs sont liés à quelques projets qui n'auront finalement pas lieu, selon l'entreprise.

Pour ses 35 événements, C2 International agit essentiellement comme organisateur pour des clients. Il n'est pas promoteur de l'événement (il l'était en Australie). Il s'agit aussi d'événements (p. ex. : une journée organisée par une entreprise) où l'on ne vend généralement pas de billets et où C2 International n'est pas responsable de la mise en marché. En 2018, C2 International a organisé ce type d'événements au Canada et dans neuf pays, dont l'Allemagne, les Pays-Bas et les États-Unis. À titre d'exemple, C2 International a organisé le sommet sur la mobilité Movin' On à Montréal pour Michelin. Aucun des événements ne porte la marque  C2.

***

C2 Montréal en bref

Il s'agit d'un organisme sans but lucratif qui organise la conférence sur les affaires et la créativité C2 Montréal depuis 2012. Jean-François Bouchard, cofondateur de l'agence de publicité Sid Lee, a été l'idéateur de C2 Montréal. En 2017, le budget de C2 Montréal a été de 12,3 millions, dont 1,9 million en subventions gouvernementales (soit 15 % du budget total). L'organisme sans but lucratif possède aussi la propriété de la marque C2, qu'elle a cédée sous licence à C2 International.

C2 International en bref

Il s'agit d'une entreprise à but lucratif qui organise des événements au Québec et un peu partout le monde. Elle est propriétaire de C2 Melbourne, qui est dans un processus de « liquidation ordonnée ». Ses trois principaux actionnaires sont le publicitaire Jean-François Bouchard, l'entrepreneur Martin Enault, ainsi que le gestionnaire Richard St-Pierre.