Après des semaines de suppositions sur le sort du groupe Juste pour rire, les informations continuent d'être dévoilées au compte-gouttes quant à l'avenir de l'empire du rire. Quelques jours après l'annonce officielle du partenariat entre ICM Partners, Howie Mandel, Bell Media et le groupe CH, on a appris hier la nomination de Bruce Hills en tant que président de Just For Laughs (JFL), filiale anglophone du groupe.

Mis à jour le 19 juin 2018
Stéphanie Vallet LA PRESSE CANADIENNE

Alors qu'on annonçait il y a quelques semaines la mise à pied de Bruce Hills en tant que chef de l'exploitation de Just For Laughs, il semble que ce dernier n'ait finalement pas fait partie de la purge menée au sein de la haute direction du groupe. Il aurait même plutôt élargi ses responsabilités au sein du volet anglophone de l'entreprise.«Il était trop prématuré de discuter de mon nouveau rôle à ce moment-là, et nous ne voulions pas commenter les autres mises à pied annoncées par les médias ce jour-là», explique d'entrée de jeu Bruce Hills, en référence au congédiement de Luce, Lucie, Constance et Martine Rozon, les soeurs de l'ancien PDG, Gilbert Rozon.

«Je passe donc de chef de l'exploitation à président de Just For Laughs. Mais c'est surtout une question de changement d'objectifs pour la compagnie que nous souhaitons faire croître en termes de nouveaux évènements potentiels et de stratégie numérique et télévisuelle, des aspects que les nouveaux propriétaires et moi souhaitons développer du côté anglophone. Nous aurons un plan plus agressif que par le passé», ajoute le nouveau président de JFL qui continuera dans les faits à effectuer les mêmes tâches que par le passé.

C'est dans cette nouvelle optique que Just For Laughs a signé avec Amazone Prime, la semaine dernière, un gros contrat pour la production d'une série documentaire en six épisodes qui suivra de jeunes humoristes américains en route vers le festival montréalais.

«Beaucoup d'autres ententes de ce genre seront annoncées prochainement. Et on va aussi continuer à développer d'autres festivals uniques à travers le monde. Mais celui de Montréal reste notre locomotive.»

Malgré le scandale qui a durement frappé le groupe Juste pour rire l'automne dernier, le volet anglophone de l'entreprise semble ainsi avoir été épargné. «Mon équipe et moi avons choisi de nous concentrer sur le travail. Tout ce que nous avions à faire était de continuer d'être bons.

«Au cours des derniers mois, nous avons produit un superbe festival à Vancouver, programmé et mis en vente le prochain à Toronto, mais aussi assuré des tournées en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Canada et aux États-Unis. On avait un plan et on est restés concentrés dessus», conclut Bruce Hills.