Source ID:; App Source:

Les disputes commerciales inquiètent les investisseurs, dit Michael Sabia

Michael Sabia, PDG de la Caisse de dépôt...

Agrandir

Michael Sabia, PDG de la Caisse de dépôt et placement du Québec, en entrevue sur la chaîne d'information financière BNN Bloomberg, à Toronto.

La multiplication des tensions commerciales dans le monde accentue l'incertitude parmi les investisseurs et affecte  la confiance des entreprises à réinvestir dans leur développement et leur croissance, s'inquiète Michael Sabia, président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

En entrevue sur la chaîne d'information financière BNN Bloomberg, à Toronto, M. Sabia a indiqué qu'après  les «années Goldilocks de 2016 et 2017», les investisseurs se retrouvent en «2018 dans un monde très différent et nous le voyons dans la volatilité des marchés financiers cette année».

Visionnez l'entrevue de Michael Sabia

«Ce ne sont pas que les tarifs en Europe, les tarifs en Chine ou les incertitudes autour de l'ALENA (Accord nord-américain de libre-échange). C'est l'effet cumulatif de toutes ces choses qui, à notre avis, auront un impact sur la confiance des entreprises ... la volonté des entreprises de prendre de l'expansion et d'investir parce que c'est ce dont le monde a besoin.»

Ces commentaires de M. Sabia surviennent après que l'administration Trump aux États-Unis a décidé la semaine dernière d'appliquer les  tarifs de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur les importations d'aluminium en provenance du Canada, du Mexique et de l'Union européenne, et dont ils avaient été exemptés depuis mars dernier.

Cette décision a incité le gouvernement canadien à répondre rapidement avec ses propres tarifs spéciaux sur des importations américaines d'une valeur de 16,6 milliards $US par an.

Selon le président de la Caisse de dépôt, cette dispute tarifaire et un certain nombre d'autres incertitudes commerciales dissuadent les entreprises de passer à l'investissement.

«Si nous voulons augmenter les taux de croissance potentiels dans les pays développés, ce sera parce que les grandes entreprises et les petites entreprises investissent davantage - devenant plus productives et repoussant la frontière de la production, et donc le potentiel de croissance de ces pays», a indiqué M. Sabia.

«Les incertitudes liées au commerce rendent la tâche plus difficile.»




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer