Tandis que les Québécois économiseront à la SAQ environ 24 millions de dollars dans la prochaine année grâce aux imminentes baisses de prix du vin, les restaurateurs dénoncent le fait qu'ils ne pourront profiter de ces baisses.

Mis à jour le 29 oct. 2016
Marie-Eve Fournier LA PRESSE

La SAQ diminuera de 50 cents le prix de ses 1600 vins les plus populaires à compter du 9 novembre. Mais seuls les particuliers pourront en profiter. Les détenteurs de permis d'alcool, tant les restaurants que les hôtels ou les bars, n'auront pas droit à cette diminution. Une décision jugée « discriminatoire et inéquitable » par l'Association des restaurateurs du Québec (ARQ).

« Ils disent qu'ils visent les consommateurs [avec leur stratégie] et qu'ils ne sont pas sûrs qu'on va réduire nos prix sur nos cartes de vins », rapporte le porte-parole de l'ARQ, Martin Vézina. Il ne nie pas qu'un tel scénario pourrait survenir. Mais « cette décision serait prise pour chaque restaurant. On ne peut pas présumer qu'ils vont garder le montant. On peut penser que certains vont baisser leurs prix pour être plus compétitifs ».

La SAQ confirme qu'elle mise, « dans un premier temps », sur les consommateurs. Rappelons que la baisse de 50 cents fait partie d'un plan de trois ans visant à harmoniser les prix avec ceux de la LCBO, son équivalent ontarien.

Rabais-volume réclamés

Les restaurateurs, qui se décrivent comme de « très bons » clients de la SAQ, croient qu'ils devraient payer leurs bouteilles moins cher que les particuliers en obtenant des rabais-volume.

L'ARQ calcule que les titulaires de permis achètent pour 500 millions de dollars d'alcool annuellement. Cette somme représente environ 17 % du chiffre d'affaires de la société d'État, qui atteint 3 milliards de dollars.

« Dans un marché privatisé, nous serions considérés comme de gros acheteurs et aurions droit à des prix en conséquence plutôt que de payer plus cher nos vins que celui qui achète une ou deux bouteilles à la fois », remarque Claude Gauthier, restaurateur trifluvien et président du conseil de l'Association des restaurateurs du Québec.

La Société des alcools affirme plutôt que la facture totale des titulaires de permis au dernier exercice s'est chiffrée à 370,4 millions.

Les restaurateurs « paient déjà moins cher »

La SAQ a par ailleurs indiqué à La Presse par courriel que les titulaires de permis paient déjà « leurs produits un peu moins cher que les particuliers » puisqu'ils bénéficient « d'un crédit de taxe sur intrant (fédéral) et d'un remboursement de taxe sur intrant (provincial) ».

Par exemple, une bouteille vendue 16,50 $ au commun des mortels revient à 14,35 $ aux titulaires de permis.

Le monopole d'État affirme en outre qu'il propose « des promotions particulières » aux restaurateurs et que « des succursales leur sont dédiées ». Enfin, écrit la porte-parole Linda Bouchard, les titulaires de permis peuvent « se prévaloir des rabais en circulaire » en plus de bénéficier « d'un programme qui leur est destiné et qui compte une douzaine d'événements promotionnels au cours de l'exercice 2016-2017 ».

Les restaurateurs espèrent maintenant pouvoir s'asseoir avec des responsables de la SAQ « pour voir s'ils ne pourraient pas [les] aider à trouver une solution pour réduire les prix », confie Martin Vézina.