Source ID:91b6ef17-10ed-444e-a6ab-0fc56687253d; App Source:alfamedia

Investissement Québec: de Bombardier à Fontaine Santé

Près de 54 % de l'ensemble des interventions financières... (Photo André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

Près de 54 % de l'ensemble des interventions financières réalisées par le Fonds du développement économique, qui regroupe les interventions financières décidées par le gouvernement, mais gérées par Investissement Québec, ont été consentis au secteur du « matériel de transport ».

Photo André Pichette, Archives La Presse

Sylvain Larocque, Francis Vailles
La Presse

Les documents d'Investissement Québec consulté par La Presse révèlent plusieurs détails sur les interventions les plus importantes de la société d'État au cours des dernières années. On y apprend, entre autres, que le Fonds du développement économique occupe la majorité du temps des employés d'IQ, et que la mise en valeur du gisement Stornoway a permis à plusieurs salariés de cette filiale d'IQ de toucher des bonis.

Bombardier

Le 27 octobre dernier, Yves Lafrance, premier vice-président aux opérations et aux stratégies clients d'IQ, a noté « la prépondérance des interventions bénéficiant à Bombardier » dans le Fonds du développement économique (FDE). Le rapport annuel du FDE ne mentionne pas le nom de la multinationale, mais on peut néanmoins y lire qu'au 31 mars, les prêts et garanties consentis au secteur du « matériel de transport » s'élevaient à 1,98 milliard. Cela représente 54 % de l'ensemble des interventions financières réalisées dans le cadre du FDE. Les sommes ont vraisemblablement servi à procurer du financement aux acheteurs d'avions de Bombardier.

Interventions gouvernementales

Toujours le 27 octobre, un vice-président d'IQ, Yves Lafrance, a déposé au conseil un rapport sur le Fonds du développement économique (FDE), qui regroupe les interventions financières décidées par le gouvernement, mais gérées par la société d'État. M. Lafrance a souligné que le FDE représente 55 % du portefeuille d'IQ et occupe 56 % du temps des salariés de l'institution. Or, Québec verse à peine 26 millions par année à IQ pour la gestion du FDE, ce qui entraîne un « déficit » non précisé pour cette activité. En 2015-2016, les 26 millions représentaient 16 % des revenus totaux d'IQ.

Canadian Royalties

En décembre 2014, le conseil d'administration d'IQ a approuvé un prêt garanti de 100 millions à Jien Canada Mining, propriétaire chinois de la mine de nickel Canadian Royalties, au Nunavik. L'investissement a suscité la controverse parce que le premier ministre Philippe Couillard a siégé au conseil de Canadian Royalties en 2009, avant son acquisition par Jien Canada. Le procès-verbal nous apprend qu'IQ avait préalablement tenté d'investir dans le capital-actions de la mine, mais en vain, et qu'« un financement plus important est à prévoir au cours des prochaines années ».

Stornoway

En 2014, IQ a injecté plus de 200 millions dans le projet de mine diamantifère Renard de Stornoway, au nord de Chibougamau. Lors d'une réunion du conseil d'IQ, le comité de gestion des risques a souligné que « les interventions dans les dossiers Rona et Stornoway débordent les balises fixées ». La mise en valeur du gisement, découvert par la SOQUEM, a par ailleurs permis à plusieurs salariés de cette filiale d'IQ de toucher des bonis. « La proportion attribuée au directeur général (Pierre Bertrand) a été plus particulièrement questionnée, dit le procès-verbal. La pertinence de maintenir ce régime (de bonis), notamment dans ses paramètres actuels, sera revue. »

Congé d'intérêts pour Le Massif

En février 2014, le Groupe Le Massif a bénéficié d'un congé d'intérêts de 18 mois sur un prêt d'Investissement Québec, dans le but de l'aider à redresser sa situation financière. Le procès-verbal du 27 février 2014 du conseil d'administration de la société d'État fait état de ce moratoire sur les intérêts, dans le contexte où l'organisation avait entrepris « un programme d'optimisation des coûts » lui permettant d'atteindre un bénéfice d'exploitation en 2014. Un mois plus tard, il est question des pourparlers avec le Club Med pour la gestion de l'hôtel devant être construit. Le projet n'a pas vu le jour.

Fontaine Santé vendue 133,5 millions

Aliments Fontaine Santé a été vendue à une entreprise de l'homme d'affaires Max Latifi, l'été dernier, selon les documents d'Investissement Québec. La transaction était passée inaperçue. Pour l'acquisition, IQ a participé à un financement à hauteur de 25 millions sous forme de prêt à terme, alors que la Caisse centrale Desjardins a prêté 78,7 millions. « Ce financement s'inscrit dans un montant total de 133,5 millions visant à permettre l'acquisition, excluant l'immeuble. » Fontaine Santé y est décrite comme un chef de file dans son secteur, avec un historique de résultats solides. Elle appartenait à des entreprises de Michel Mourani, Faical Farhat et Raymond Saloum, selon le registre des entreprises.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer